13.02.2020 à 09:51

ValaisIl y a 50 ans, une avalanche faisait 30 morts à Reckingen

Le village haut-valaisan de Reckingen a vécu un drame le 24 février 1970. Onze habitants et 19 soldats périssaient dans une avalanche, la plus meurtrière du 20e siècle.

Au total, 48 personnes sont ensevelies, dont 18, blessées, sont secourues à temps.

Au total, 48 personnes sont ensevelies, dont 18, blessées, sont secourues à temps.

Keystone

Le 24 février 1970, une avalanche s'abat sur le village haut-valaisan de Reckingen. Elle tue onze habitants et dix-neuf militaires de la compagnie motorisée de DCA 54. Il s'agit de l'avalanche la plus meurtrière du XXe siècle en Suisse.

Il est cinq heures du matin ce mardi 24 février lorsque l'avalanche se déclenche au-dessous de l'alpage de Bächji, à 2500 mètres d'altitude. Elle s'abat sur le village de Reckingen, dans la vallée de Conches.

La masse de neige emporte plusieurs maisons et un immeuble de trois étages abritant des officiers. Au total, 48 personnes sont ensevelies, dont 18, blessées, sont secourues à temps.

Le logement des officiers est emporté sur une distance de quelque 300 mètres, mais les baraquements de la troupe échappent à la coulée. Certains corps sont découverts à près de 400 mètres de leur maison.

Conditions difficiles

Le jour de la tragédie, 500 personnes sont mobilisées pour sonder la coulée, large par endroits de 350 mètres. Il y a là essentiellement des militaires, mais aussi de nombreux bénévoles venus des villages voisins pour prêter main-forte à cette opération de sauvetage placée sous le commandement de l'armée.

Le danger constant d'avalanches rend l'opération très difficile. Le brouillard, les rafales de vent et la couche de deux mètres de neige qui recouvrait déjà le sol avant la coulée, également.

Au lendemain du drame, trois civils et treize officiers n'ont toujours pas été retrouvés. Le dernier corps sera sorti de la masse de neige cinq jours plus tard.

Critiques rejetées

Certains articles de presse publiés à l'époque soupçonnent les tirs militaires dans la région d'être à l'origine de l'avalanche. Le commandant de la place de tir rejette formellement les critiques.

Le président de la commune de l'époque déclare dans le quotidien le Walliser Bote que l'hôtel construit en 1902 à l'endroit de la coulée - et transformé des années plus tard en mess des officiers - n'était ouvert par ses anciens propriétaires qu'en été en raison du risque d'avalanches. Aucune coulée de neige n'avait été signalée à cet endroit depuis plusieurs siècles, donnant ainsi un sentiment de sécurité.

Des commémorations auront lieu à Reckingen les 23 et 24 février prochains. Le dimanche est prévu pour le public, le lundi pour des invités et les autorités.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!