Publié

Crash d'ÜberlingenIl y a dix ans, le père d'une victime tuait un contrôleur aérien

Le meurtre d'un contrôleur aérien de Skyguide, impliqué dans le crash d'Überlingen (D), est survenu il y a dix ans.

1 / 10
Dans la région d'Überlingen, des monuments commémoratifs ont été érigés après le drame. (Samedi 1 juillet 2017)

Dans la région d'Überlingen, des monuments commémoratifs ont été érigés après le drame. (Samedi 1 juillet 2017)

Un Tupolev russe et un avion de fret de DHL entraient en collision le 1er juillet 2002 peu après 23h30 au-dessus d'Überlingen, près du lac de Constance.

Un Tupolev russe et un avion de fret de DHL entraient en collision le 1er juillet 2002 peu après 23h30 au-dessus d'Überlingen, près du lac de Constance.

AP/archives
Un Tupolev russe et un avion de fret de DHL entraient en collision le 1er juillet 2002 peu après 23h30 au-dessus d'Überlingen, près du lac de Constance. (4 juillet 2002)

Un Tupolev russe et un avion de fret de DHL entraient en collision le 1er juillet 2002 peu après 23h30 au-dessus d'Überlingen, près du lac de Constance. (4 juillet 2002)

archives, AFP

Le 24 février 2004, le père et époux de trois victimes russes se rend à Kloten (ZH) au domicile du Danois âgé de 36 ans, lui aussi père de famille. Il le poignarde, faisant de lui la 72e victime de l'accident aérien.

A l'origine de ce second drame, un Tupolev russe et un avion de fret de DHL entraient en collision le 1er juillet 2002 peu après 23h30 au-dessus d'Überlingen, près du lac de Constance. Le premier transportait 54 enfants, venant principalement de la République russe du Bachkorostan, accompagnés par 15 adultes.

Un seul contrôleur aérien de Skyguide surveillait le radar au moment du crash. En outre, le système d'alerte et le téléphone ne fonctionnaient pas en raison de travaux d'entretien.

Un deuil dévastateur

Les passagers du Tupolev se rendaient en vacances en Espagne. L'épouse et les deux enfants de 4 et 10 ans de Vitali Kaloev font partie des victimes. Ils viennent de la République russe d'Ossétie du nord, dans le Caucase. La femme et les deux enfants se rendaient en Espagne pour rendre visite à leur mari et père, ingénieur en bâtiments, qui travaillait sur place.

Suite à la catastrophe aérienne, Vitali Kaloev est dévasté par le deuil. Il ne travaille plus et se laisse pousser une barbe touffue, érige une imposante stèle dans le cimetière où repose sa famille et emporte partout avec lui une enveloppe contenant des photos de sa femme et de ses enfants reposant dans leur cercueil.

Pas d'excuses

Vitali Kaloev attend en vain des excuses de Skyguide. Pour lui, le patron de l'époque, Alain Rossier, est le principal responsable de la catastrophe. Le contrôleur aérien en service au moment fatidique est, lui, le responsable opérationnel du drame, selon lui.

Convaincu que la Justice suisse ne bougera pas, Vitali Kaloev perd patience un an et demi après la catastrophe et se rend en Suisse. Grâce à l'aide d'un détective privé, il se présente au soir du 24 février 2004 au domicile familial du contrôleur aérien danois. Dans la poche de son manteau se trouvent l'enveloppe contenant les photos de ses proches et un couteau.

Devant la Cour suprême zurichoise, il expliquera avoir attendu sur la terrasse de la maison familiale jusqu'à ce que le contrôleur aérien sorte de chez lui. Lorsque le maître des lieux lui a demandé la raison de sa présence, Vitali Kaloev lui aurait tendu son enveloppe, espérant que le contrôleur aérien le prie alors de lui pardonner.

Le père de famille danois se sent au contraire menacé par l'inconnu. Il repousse alors sa main, les photos tombent par terre. Vitali Kaloev est alors pris de fureur: il poignarde mortellement le père de trois enfants en bas âge. Le meurtrier est arrêté le jour-même.

Retour en héros, qui devient ministre

Un an et demi après les faits, en octobre 2005, la Cour suprême zurichoise le condamne à 8 ans de prison pour meurtre. Sa peine est réduite en appel à 5 ans et 3 mois en raison d'une forte diminution de sa responsabilité à cause d'importantes circonstances atténuantes.

Ce dernier jugement est confirmé fin 2007 par le Tribunal fédéral. La haute cour ordonne la libération du meurtrier, ce dernier ayant déjà purgé deux tiers de sa peine.

Le Russe rentre alors au pays, où il est accueilli en héros vengeur. Il sera même nommé vice-ministre des constructions d'Ossétie du nord quelques mois plus tard.

Remarié

En 2007, la justice zurichoise a condamné quatre cadres concernés par la catastrophe d'Überlingen à 12 mois de prison avec sursis pour homicides par négligence. Selon elle, le drame aurait pu être évité si deux contrôleurs avaient été en poste au moment des faits. Skyguide a entretemps apporté des améliorations dans l'organisation de sa surveillance.

Les proches des victimes ont en outre touché 2,3 millions de francs d'indemnités au total. Aujourd'hui, Vitali Kaloev s'est «ressaisi», indique à l'ats l'aumônier de l'aéroport de Zurich Walter Meier. Il a participé en 2012 aux commémorations des 10 ans de la catastrophe aérienne et s'est remarié.

La veuve du contrôleur aérien est, elle, retournée au Danemark avec ses enfants peu après le meurtre. La famille se porte bien, selon Walter Meier.

(ats)

Votre opinion