Drame de Vinet: «Il y a eu au moins trois coups de feu»
Publié

Drame de Vinet«Il y a eu au moins trois coups de feu»

L'Italienne de 61 ans qui a grièvement blessé sa fille en lui tirant dans le dos est propriétaire de l’immeuble lausannois où vit la victime.

par
Benjamin Pillard
Ex-commerçante d’art, la sexagénaire a été interpellée jeudi alors qu’elle sortait de l’appartement du 3e étage (façade est) où vivait, en colocation depuis l’an dernier, sa fille aujourd’hui âgée de 27 ans (ci-dessous).

Ex-commerçante d’art, la sexagénaire a été interpellée jeudi alors qu’elle sortait de l’appartement du 3e étage (façade est) où vivait, en colocation depuis l’an dernier, sa fille aujourd’hui âgée de 27 ans (ci-dessous).

Darrin Vanselow

«Je me reposais quand j’ai été réveillée par un premier coup de feu, vers 16 h. Ensuite, ma voisine a crié, puis deux salves ont été tirées en rafale et, de nouveau, des cris… Je n’arrive plus à me souvenir s’il y a eu un quatrième tir; la police est arrivée très vite et nous a dit qu’il s’agissait d’un conflit d’ordre familial…» Cette mère de famille vit dans l’immeuble lausannois où Laura* – une jeune Vaudoise de 27 ans – a été grièvement blessée jeudi en fin d’après-midi, avenue Vinet 17.

Dans ce quartier populaire (situé à 50 m du giratoire menant à la rue du Valentin), les nombreux témoins à avoir vu l’auteure des coups de feu, emmenée par les forces de l’ordre, décrivaient tous une silhouette de jeune homme svelte de taille moyenne inférieure. Son visage était caché par la capuche de son sweat-shirt gris. Quant au colocataire de Laura, il a été rapidement été mis hors de cause, puisqu’il est arrivé dans l’immeuble après que la tireuse en est sortie menottée.

Victime passionnée d’opéra

La nature du lien entre l’agresseuse et sa victime a été révélée hier après-midi par la police municipale: l’auteure des tirs n’est autre que la mère de la Lausannoise, âgée de 61 ans – interpellée alors qu’elle sortait de l’appartement où vit Laura. Plusieurs douilles et un pistolet 22 long rifle chargé ont été retrouvés dans le logement.

Selon nos informations, la sexagénaire – de nationalité italienne et domiciliée dans les hauts de Lausanne – a tiré dans le dos de sa fille. Ex-commerçante d’art (active depuis le début des années 2000 jusqu’en janvier dernier), l’assaillante est surtout la propriétaire depuis 2005 de la bâtisse de cinq étages où s’est déroulé le drame. Sa fille y avait emménagé en colocation il y a une année, dans un trois-pièces d’une soixantaine de mètres carrés, avec balcon donnant au nord.

Le voisinage dresse le portrait d’une jeune femme charmante, discrète, sans histoire et passionnée de musique d’opéra. «Elle chante tous les jours vers 16 h 30 et joue souvent du piano», glisse une jeune voisine. Née dans le Piémont, Laura a fait ses études entre la capitale vaudoise, Genève et l’Université catholique de Milan, en finance et gestion d’entreprise.

Immeuble à 2 millions de francs

L’enquête ouverte par la procureure Ximena Paola Manriquez devra notamment déterminer si le mobile des coups de feu est en lien avec le patrimoine de la famille. En 2005, la valeur fiscale de l’immeuble de l’avenue Vinet 17 avoisinait les 2 millions de francs.

Placée en détention provisoire, la sexagénaire devra vraisemblablement répondre de tentative de meurtre.

Votre opinion