Publié

Formule 1«Il y a eu un grand moment de silence»

Le pilote genevois Louis Delétraz, présent sur place à Bahreïn, est encore sous le choc de l’accident vécu par son mentor et ami Romain Grosjean, dimanche lors du Grand Prix.

par
Sylvain Bolt
Romain Grosjean aidé par le staff médical après son crash.

Romain Grosjean aidé par le staff médical après son crash.

KEYSTONE

«Ce genre de scènes, ça n’arrive que dans les films normalement. Romain est un miraculé Un héros d’avoir pu s’en sortir indemne.» Le Genevois Louis Delétraz, 23 ans, pilote de réserve au sein de l’écurie Haas de Romain Grosjean, est encore choqué par le terrible accident du pilote de F1 survenu dimanche au GP de Bahreïn. J’ai directement pensé à sa famille, à ses enfants. Ces images de sa monoplace en feu ont été horribles à vivre.»

Louis Delétraz se trouvait dans le paddock de Formule 2 de l’écurie Charouz Racing System, en compagnie des ingénieurs de son team lorsque le bolide de Romain Grosjean a quitté la piste à cause d’un accrochage juste après le départ, avant d’être coupée en deux et de prendre feu après avoir heurté à 220 km/h les barrières de sécurité à la sortie d’un virage. «Il y a eu un grand moment de silence. Je n’ai pas tout de suite compris que c’était la voiture de Romain, mon mentor devenu un ami proche. Cela a été un immense choc!»

Le Genevois a été soulagé en voyant l’image de Romain Grosjean dans la voiture médicale et en recevant assez vite des nouvelles rassurantes sur l’état de santé du pilote franco-suisse, avec lequel il partage le même préparateur physique. «Je n’avais jamais vécu de crash aussi violent et spectaculaire, confie le pilote de Formule 2. L’explosion est extrêmement rare dans notre sport.»

«Aujourd’hui, les combinaisons permettent de survivre environ une minute dans les flammes.»

Louis Delétraz, pilote réserve chez Haas

«Le feu, c’est l’ennemi numéro un du pilote, poursuit Louis Delétraz. L’équipement ignifuge (sous-vêtements, cagoules, chaussettes, gants) s’améliore sans cesse et on gagne chaque année des secondes sur le feu. Aujourd’hui, les combinaisons permettent de survivre environ une minute dans les flammes.»

Cette nouvelle combinaison légère, antitranspirante et conçue notamment à base de Nomex, une fibre synthétique résistant aux flammes et aux chaleurs extrêmes, a permis à Romain Grosjean de s’en sortir avec des brûlures sur le dos et les mains, de manière miraculeuse, après près de trente secondes dans une voiture enflammée.

«Là, pour s’extraire d’une voiture en feu coupée par un rail, c’est juste de l’instinct de survie!»

Louis Delétraz, pilote réserve au sein de l’écurie Haas

«Chaque début de saison, on doit s’entraîner à sortir en 12 secondes de la voiture et remettre le volant, précise Louis Delétraz. Mais là, pour s’extraire d’une voiture en feu coupée par un rail, c’est juste de l’instinct de survie!»

Le Halo salvateur

Publiant une vidéo rassurante sur ses réseaux sociaux dimanche soir, les mains bandées mais avec le sourire, Romain Grosjean a également fait une sorte de mea culpa concernant le Halo, un appendice peu esthétique de la forme d’un arceau de sécurité en titane qui se trouve au-dessus du cockpit et protège la tête du pilote contre d’éventuels débris volants ou en cas de retournement. «Je n’étais pas pour le Halo au début, mais sans lui je ne serais pas en état de vous parler. J’espère bientôt pouvoir de nouveau utiliser mes mains pour vous écrire des messages et vous tenir au courant de ma convalescence», a publié Romain Grosjean.

Louis Delétraz, qui était également très sceptique lors de l’introduction du Halo dans les monoplaces en 2018 en est lui aussi convaincu. «Dimanche, le Halo a fait de la place pour la tête à Romain et lui a sauvé la vie.»

Une «remontada» en F2

Ce week-end, Louis Delétraz a célébré son cinquième podium de la saison en Formule 2, grâce à une «remontada», puisqu’il est passé de la 16e à la 3e place. Un podium qu’il a relativisé après l’accident de son ami Romain Grosjean.

Le Genevois rejoint aussi le pilote Daniel Ricciardo, qui s’est dit «dégouté» et «déçu» par les chaînes de télévision qui ont passé en boucle les images de l’accident. «J’ai trouvé aussi un peu limite, il n’y avait pas forcément besoin de revenir autant sur le choc et surtout de le montrer sous tous les angles, estime Louis Delétraz. Cela fait de l’audience, mais c’est difficile à voir, surtout pour la famille et les proches de Romain Grosjean.»

S’il ne sait pas encore de quoi sa saison prochaine sera faite, Louis Delétraz sera au volant de sa F2 pour le dernier week-end de l’année afin d’y disputer deux GP au Bahrein. «J’ai été constant cette saison, il me reste deux dernières courses pour tenter d’aller chercher la cinquième place du général», se projette déjà le pilote qui a terminé quatrième des 24 heures du Mans en septembre dernier.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

he

30.11.2020 à 17:51

le direct était terrifiant

red devils

30.11.2020 à 16:54

Le halo est le sauveur, non mais allo