Médias numériques: «Il y a un blocage à droite contre une aide directe»
Publié

Médias numériques«Il y a un blocage à droite contre une aide directe»

Soutien de la Confédération aux médias numériques: les votes se jouent à la raclette au Parlement. Isabelle Pasquier-Eichenberger (Verts/GE) veut encore y croire.

par
Eric Felley
Isabelle Pasquier-Eichenberger, membre de la Commission des transports et des télécommunications du Conseil national.

Isabelle Pasquier-Eichenberger, membre de la Commission des transports et des télécommunications du Conseil national.

KEYSTONE

30 millions de francs par années, c’est le montant que le Conseil fédéral propose de mettre sur la table pour soutenir les médias numériques. En août 2019, il s’est prononcé en faveur d’un train de mesures visant à améliorer les conditions générales pour les médias, à renforcer la diversité du paysage médiatique et à soutenir la transformation numérique de la branche. Sur ce dernier point, il propose donc une aide de 30 millions par années sur dix ans pour les médias en ligne payants. Mais au Parlement, cette aide est contrée à chaque fois par une toute petite majorité à droite.


Au mois de juin dernier, le Conseil des États avait accepté sur le principe cette aide, mais lors du vote sur le frein aux dépenses, il avait manqué deux voix pour confirmer sa volonté. Le Conseil national reprend l’objet de l’aide aux médias au mois de septembre. Sa commission des transports et des télécommunications (CTT) vient de décider pour une voix cette fois de renvoyer la partie concernant l’aide aux médias numériques afin qu’elle soit analysée sous l’angle constitutionnel.

Au sein du Parlement et de la CTT, c’est un combat gauche-droite qui se joue avec le PDC en arbitre: «Cette demande de la majorité est une manœuvre dilatoire, regrette la conseillère nationale Isabelle Pasquier-Eichenberger (Verts/GE). Il y a un blocage à droite contre une aide directe aux médias. C’est une question de principe.»

Des formes de soutien plus modernes sont nécessaires

Valérie Piller Carrard (PS/FR)

Sa collègue Valérie Piller Carrard (PS/FR) espère encore que la droite va se réveiller pour vivre avec son temps: «Le PDC et le PLR s’engagent en faveur de la numérisation et de l’innovation, mais remettent à plus tard la promotion des médias numériques», déplore-t-elle et d’ajouter: «La promotion indirecte de la presse ne suffit plus à elle seule pour répondre aux exigences du monde des médias d’aujourd’hui. Des formes de soutien plus modernes sont nécessaires».

Comme les résultats autour de cette question sont toujours serrés, l’écologiste genevoise espère encore qu’au plénum, le 10 septembre prochain, une majorité se dessinera pour conserver l’aide aux médias électroniques dans le projet. Le PDC jouera son rôle d’arbitre: «Mais pas seulement, espère-t-elle, les cantons ont pris position en faveur de l’aide. Il se peut aussi qu’au sein du PLR, certains se rallient à cette aide».

Votre opinion

13 commentaires