JO 2020 - Il y a un peu de Federer à Tokyo, dans le coeur des Japonais
Publié

JO 2020Il y a un peu de Federer à Tokyo, dans le coeur des Japonais

Sur le site olympique du tennis, l’absence du Maître se fait ressentir. C’est que le Bâlois semble sacrément populaire au Japon.

par
Jérôme Reynard
(Tokyo)
L’Ariake Tennis Park, orphelin de Roger Federer.

L’Ariake Tennis Park, orphelin de Roger Federer.

AFP

Toujours embêté par son genou, Roger Federer fait partie des grands absents des Jeux olympiques de Tokyo. Et il suffit d’échanger quelque peu avec les volontaires de l’Ariake Park, quasi tous locaux et pour beaucoup amateurs de tennis, pour se rendre compte que le constat n’est pas seulement valable pour les Suisses, mais également pour les Japonais.

«Je suis tellement triste qu’il ne soit pas ici», nous souffle le responsable de l’entrée du salon des joueurs. C’est que le cinquantenaire aurait été aux premières loges pour voir passer son «modèle». «J’adore son swing, j’essaie parfois de le reproduire quand je joue. Il est beau. Pas comme celui de Nadal…»

Roger Federer, un modèle.

Roger Federer, un modèle.

Getty Images via AFP

L’homme n’est pas fan du Majorcain, lui aussi absent des JO. Il préfère le Maître. Voire Novak Djokovic, en course pour le Golden Slam (les quatre titres du Grand Chelem et l’or olympique la même année). «J’ai entendu un ou deux volontaires dire qu’ils l’avaient croisé. Je n’ai pas encore eu cette chance.» Manque de bol pour ce Monsieur, le No 1 mondial franchira la porte qu’il surveille au moment de sa pause… Partie remise.

Mais revenons à RF. «Nous, on s’était inscrits comme bénévoles en espérant le voir. On est un peu déçues», pestent de concert trois préposées à la zone d’interviews. «Le tennis n’est pas le sport le plus suivi au Japon, poursuit l’une d’entre elles. Il y a le baseball, le football, le judo. Mais Federer est loin d’être un inconnu, ici, même chez les non-amateurs de tennis. Et il est apprécié.»

«On l’aime parce que c’est un gentleman, parce qu’il se comporte bien, parce qu’il est poli. Pour nous, Japonais, ça compte beaucoup.»

Une volontaire japonaise

A quel point la cote de popularité du Bâlois se rapproche-t-elle de celle de la star nationale Naomi Osaka, qui a eu l’honneur d’allumer la flamme olympique lors de la cérémonie d’ouverture des JO? «Impossible de choisir entre les deux dans mon cas, nous répond une quatrième interlocutrice qui s’affaire devant les navettes des joueurs. Naomi Osaka, on l’aime pour ce qu’elle dit. Elle est inspirante.»

Et Federer? «On l’aime parce que c’est un gentleman, parce qu’il se comporte bien, parce qu’il est poli. Pour nous, Japonais, ça compte beaucoup. En fait, il est facile à accepter, ici.» Plus facile à accepter que son absence des Jeux olympiques.

Votre opinion