Publié

CyclismeIl y aura un Tour de France féminin en 2022

Dans une interview au Guardian, le boss du Tour de France Christian Prudhomme a assuré qu’une compétition féminine aura lieu dans la foulée de la Grande Boucle masculine, dès l’année prochaine.

par
Robin Carrel
Annemiek van Vleuten adorerait gagner sur les routes du Tour.

Annemiek van Vleuten adorerait gagner sur les routes du Tour.

AFP

Un premier Tour de ces dames avait été organisé en 1955. Ça avait fait long feu. Il a ensuite été mis sur pied en lever de rideau des messieurs, de 1984 à 1989, avant de devenir le Tour de la CEE pendant quatre ans. Il a ensuite changé de nom (Tour cycliste féminin puis Grande Boucle féminine), avant de mourir, encore, en 2009.

La société du Tour de France a fini par organiser une course d’un jour, la course by Le Tour de France, en matinée d’une étape de la grand-messe de juillet. Mais ce format réduit ne peut satisfaire personne. D’autant plus dans une époque où le cycliste au féminin explose et où l’égalité est enfin la normalité. Alors Christian Prudhomme, l’actuel directeur du Tour de France, a exposé ses plans dans le Guardian.

La Française Jeannie Longo brandit une peluche, le 30 juin 1985 à Vitré, après avoir remporté la première étape du Tour de France féminin Lorient-Vitré. (Photo by AFP)

La Française Jeannie Longo brandit une peluche, le 30 juin 1985 à Vitré, après avoir remporté la première étape du Tour de France féminin Lorient-Vitré. (Photo by AFP)

AFP

«Il est certain qu’un Tour de France féminin aura lieu l’année prochaine, a dit l’ancien journaliste. Ça aurait déjà dû être le cas cette année, si le covid ne nous était pas tombé dessus et si les JO n’avaient pas lieu directement après la course masculine. Parce que les meilleures coureuses n’auraient pas été disponibles! Mais il y aura un Tour des femmes en 2022 et le départ sera donné juste après l’arrivée à Paris de celui des hommes.»

La Suisse aussi va (enfin) s’y mettre

Les Tour de Suisse et de Romandie vont aussi, enfin, faire la part belle au cyclisme féminin. La boucle nationale devrait organiser dès cette année un «Tour de Suisse féminin» sur deux jours, le week-end des 5 et 6 juin. Le Tour de Romandie, lui, est aussi en train de fourbir ses armes. Son organisateur Richard Chassot a obtenu le feu vert de la Fondation à qui appartient la boucle romande et s’est attelé à la recherche de sponsors pour pouvoir organiser une épreuve qui en vaut le coup. Avis aux intéressé·e·s!

Prudhomme n’a pas laissé filtré de possible tracé ou d’indices quant à la longueur de cette épreuve, qui sera elle aussi organisée par ASO (Amaury Sport Organisation, propriétaire du TdF et du journal L’Equipe, notamment). «De mon point de vue, il faut mettre de côté l’idée de parité entre hommes et femmes, a-t-il lancé. Pourquoi? Parce qu’il y a une raison pour laquelle le Tour féminin n’a duré que six ans et c’était à cause de l’impossibilité d’équilibrer les comptes.»

«Ce que nous voulons faire, c’est créer une course qui gardera le cap, qui sera mise en place et résistera à l’épreuve du temps. Cela signifie que la course ne peut pas perdre d’argent», a-t-il ajouté. Prudhomme sait de quoi il parle, puisqu’il organise (à perte) les épreuves féminines sur la Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège, et la Course by Le Tour. Il va aussi mettre sur pied le Tour du Yorkshire et le Tour du Qatar féminin, alors que le premier Paris-Roubaix des femmes aura lieu cet automne.

Le peloton du trophée international cycliste féminin, passe, le 09 août à Melun-sur-Yeure, lors de l’étape entre Chapelle-Saint-Ursin et Saint-Amand-Montrond (122,8km), comptant pour la 4e épreuve des 6 épreuves de la Coupe du monde cycliste dames.

Le peloton du trophée international cycliste féminin, passe, le 09 août à Melun-sur-Yeure, lors de l’étape entre Chapelle-Saint-Ursin et Saint-Amand-Montrond (122,8km), comptant pour la 4e épreuve des 6 épreuves de la Coupe du monde cycliste dames.

AFP

«Si on arrivait à rentrer dans nos frais, on en serait au 35e Tour de France féminin. Le challenge, c’est de mettre cette épreuve en place et qu’elle puisse vivre sur les cent prochaines années. C’est pour ça que je veux qu’elle suive directement le Tour des hommes. Comme ça, la majorité des chaînes qui diffusent la course suivront celle-ci également», a assuré le Français de 60 ans.

Reste que tracer un Tour des hommes ou des femmes, ça n’est pas du même tonneau: «Le cyclisme féminin, c’est du haut niveau, mais assez disparate. Pour lancer une course des femmes, tu n’as pas besoin de 50 montées super-raides. Tu peux faire les choses de façon plus naturelle, car leurs courses sont bien moins contrôlées que celles de hommes. Tout ce que je peux vous dire, c’est que le Tour de France femmes sera connecté au passé, au présent et peut-être au futur de leur Grande Boucle à elles.»

Votre opinion