Hockey sur glace: Ils devaient se masturber devant leurs coéquipiers
Publié

Hockey sur glaceIls devaient se masturber devant leurs coéquipiers

Des joueurs qui ont transité par la Ligue junior canadienne ont déposé une plainte collective. Ils auraient subi des actes dégradants.

par
Sport-Center
Daniel Carcillo a disputé 429 matches de NHL après ses années passées dans les rangs juniors.

Daniel Carcillo a disputé 429 matches de NHL après ses années passées dans les rangs juniors.

Keystone

Daniel Carcillo et Garrett Taylor, deux anciens joueurs qui ont transité par la Ligue canadienne de hockey (LCH) ont déposé jeudi à Toronto une action collective contre la LCH, les trois catégories qui la composent (la West Hockey League, l’Ontario Hockey League et la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec) ainsi que les 60 équipes de la LCH.

La motivation de la plainte: des actes dégradants auxquels les jeunes joueurs auraient été soumis.

En LCH, l’âge des joueurs oscille entre 16 et 20 ans.

L’Italo-Canadien Daniel Carcillo (35 ans aujourd’hui), qui a pris part à 429 matches de NHL avant de prendre sa retraite en 2015, avait passé des années juniors avec le Sarnia Sting et les Mississauga IceDogs en OHL. L’Américain Garrett Taylor (29 ans), qui a raccroché les patins en 2011 sans avoir évolué en NHL, avait patiné pendant deux saisons avec les Lethbridge Hurricanes et les Prince Albert Raiders en WHL.

Sur Twitter, Carcillo a mentionné avoir déposé la demande d’action collective «au nom des joueurs mineurs qui ont souffert d’intimidation, d’agressions sexuelles et physiques ainsi que de traumatismes psychologiques en jouant au hockey junior majeur. J’étais l’un de ces jeunes quand je jouais dans l’OHL. Je sais qu’il en existe bien d’autres comme moi.»

Des faits édifiants

«Hockey News» a consulté le document de 46 pages soumis au tribunal et a listé les faits soulevés par Carcillo et Taylor. En voici quelques-uns.

- Des recrues auraient été contraintes de rester assises et nues dans les douches, pendant que les autres joueurs crachaient et urinaient sur eux. Il est écrit que, à une occasion au moins, l’entraîneur-chef du Sarnia Sting aurait été témoin d’un telle scène et en aurait simplement ri.

- Des recrues auraient reçu tellement des coups de cannes sur leurs fesses dénudéesqu’elles étaient incapables de s’asseoir en classe.

- Des recrues auraient été entassées à quatre dans un panier roulant normalement utilisé pour le transport des vêtements sales. Les joueurs plus âgés auraient ensuite projeté le bac contre un mur, ce qui faisait perdre connaissance à certains joueurs.

- Des recrues auraient été obligées de se masturber devant leurs coéquipiers.

- Des recrues auraient été forcées à avaler du sperme et de l’urine.

- Des recrues auraient été contraintes à participer à des orgies sexuelles organisées par des vétérans.

- Des recrues auraient été enfermées nues dans les toilettes du bus lors des voyages.

De la cocaïne à 16 ans

A ce stade, comme le mentionne Guillaume Lefrançois dans «La Presse», «aucune des allégations n’a été prouvée en cour.»

Cette affaire éclate quatre jours après qu’Eric Guest, un ancien joueur des Kitchener Rangers (OHL), eut publié une vidéo dans laquelle il accuse un ancien coéquipier de l’avoir forcé à consommer de la cocaïne quand il avait 16 ans.

Sport-Center

Votre opinion