Publié

FOOTBALLIls égorgent des moutons pour tondre le Celtic

Le Shakhter Karagandy, bien placé pour devenir le premier club kazakh à forcer les portes de la Ligue des champions, a des coutumes qui lui sont propres. Le sacrifice animalier en fait partie.

Les Kazakhs du Shakhter Karagandy, surprenants vainqueurs du Celtic Glasgow (2-0), mardi dernier en barrage aller de la Ligue des champions, comptent sur leurs moutons sacrifiés pour atteindre mercredi la plus lucrative des compétitions européennes.

A la veille du match, lundi dernier, l’équipe du Shakhter Karagandy avait commencé son entraînement par le sacrifice d’un mouton sur la pelouse de l’Astana Arena, un rituel censé leur porter chance. «C’est une de nos traditions que de sacrifier un mouton avant différents grands tournois, a expliqué le gardien Alexander Mokin. Nous l’avons fait avant le début du Championnat et avant le tour préliminaire de la Ligue des champions également. C’est une tradition qui nous a porté chance par le passé, et nous pensons que cela nous aidera cette fois encore.»

Dans beaucoup de pays à majorité musulmane comme le Kazakhstan, l’abattage rituel d’un mouton est vu comme porte-bonheur avant un événement important. L’acte avait soulevé la colère des associations de défense des animaux.

Mercredi, les Kazakhs disputeront le match retour dans l’ambiance surchauffée du Celtic Park et espérent conserver leur avantage au score. En cas de qualification, le Shakhter Karagandy serait le premier club kazakh à se qualifier pour la phase finale de la Ligue des champions. En accédant aux barrages de la C1, il a déjà effectué le meilleur parcours d’un club kazakh. Une élimination contre le Celtic lui assurerait de toute façon une place dans la phase de groupes de l’Europa League, qu’aucun club kazakh n’a jamais disputée.

Longtemps dans l’ombre du Kairat Almaty, le Shakhter a progressé depuis l’indépendance du pays en 1992 avec des places de 3e (1995, 2007, 2009) et des titres de champion en 2011 et 2012.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!