France - Ils enlèvent une ado, la frappent et lui rasent la tête
Publié

FranceIls enlèvent une ado, la frappent et lui rasent la tête

Six suspects ont été mis en examen à Rennes pour avoir torturé une jeune femme de 17 ans durant trois heures.

Six personnes ont été mises en examen pour violences volontaires aggravées, enlèvement et séquestration.

Six personnes ont été mises en examen pour violences volontaires aggravées, enlèvement et séquestration.

iStock

Une jeune femme a enduré un vrai calvaire lundi dernier à Rennes, en Ille-et-Vilaine. Vers 18 heures, a-t-elle expliqué aux policiers, elle a été invitée à rejoindre une connaissance dans un parc de la ville. C’était en fait un guet-apens. L’adolescente a d’abord été frappée par plusieurs jeunes femmes.

Elle a ensuite été forcée de grimper dans une voiture et menée à une dizaine de kilomètres au nord de Rennes. Durant le trajet ses cils ont été arrachés. Arrivée sur place, elle a été à nouveau frappée et insultée puis a été «tasée» avec un pistolet à impulsions électriques.

Elle aurait encore été confrontée à une vingtaine d’hommes et aurait été menacée de viol et de mort si elle portait plainte. Selon son témoignage, elle a aussi é partiellement déshabillée, avec le haut de ses vêtements arrachés, et des individus lui ont sauté dessus à pieds joints alors qu’elle était à terre. L’un d’eux, enfin, l’a partiellement tondue, lui rasant les cheveux de chaque côté de son crâne.

Trois heures de calvaire

Son enfer a duré trois heures, souligne RTL. Et ce déchaînement de violence serait dû à «une puérile querelle sur les réseaux sociaux»: la victime était suspectée d’avoir insulté certains individus et propagé des rumeurs à partir d’un compte Instagram. Certaines des scènes de torture ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Par la suite six agresseurs présumés ont été rapidement identifiés et arrêtés, relate la presse française. Il s’agit de quatre femmes de 19, 23, 27 et 31 ans et de deux hommes de 20 et 21 ans. Ils ont été mis en examen pour violences volontaires aggravées, enlèvement et séquestration puis remis en liberté sous contrôle judiciaire en attendant la suite de la procédure.

(R.M.)

Votre opinion