27.12.2018 à 13:20

SyrieIls fuient par milliers le dernier réduit de l'EI

Plus de 11'000 personnes ont fui ces deux dernières semaines le dernier réduit du groupe Etat islamique dans l'est de la Syrie.

1 / 150
Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)

Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)

AFP
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)

Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)

AFP
Des hélicoptères «israéliens» ont tiré des missiles sur le Sud de la Syrie, ont indiqué les médias étatiques syriens dans la nuit de jeudi à vendredi. (1er mai 2020)

Des hélicoptères «israéliens» ont tiré des missiles sur le Sud de la Syrie, ont indiqué les médias étatiques syriens dans la nuit de jeudi à vendredi. (1er mai 2020)

AFP

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé en septembre une offensive contre un bastion de l'EI dans la province de Deir Ezzor, non loin de la frontière irakienne, avec le soutien d'une coalition internationale antidjihadiste emmenée par les Etats-Unis.

Le 14 décembre, les combattants se sont emparés de Hajine, la plus grande localité du bastion, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les djihadistes se trouvent encore dans les villages proches de Soussa et al-Chaafa, ainsi qu'une poignée de petits hameaux. Depuis la prise de Hajine, de plus en plus de gens ont fui le secteur, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

«Ces deux dernières semaines ont été marquées par l'exode le plus important, avec la fuite de 11'500 personnes», a précisé M. Abdel Rahmane. «La majorité des déplacés sont des proches des membres de l'EI», a souligné le directeur de l'OSDH. Au total depuis septembre, 15'000 personnes ont abandonné le réduit de l'EI, selon la même source.

Combattants infiltrés arrêtés

Les FDS ont arrêté quelque 700 combattants de l'EI infiltrés parmi les déplacés, selon l'Observatoire, qui dispose d'un vaste réseau de sources à travers la Syrie en guerre. Les déplacés sont transportés par les FDS vers un champ pétrolier transformé en base militaire, où ils sont soumis à des contrôles d'identité. Les civils sont ensuite transférés vers des camps, tandis que les combattants sont interpellés.

Des combats se déroulent actuellement dans les villages d'al-Chaafa et Soussa, selon M. Abdel Rahmane, précisant que les raids aériens de la coalition internationale se poursuivent. «L'EI semble sur le point de s'effondrer, sa résistance a beaucoup diminué, ce sont les mines enfouies (par les djihadistes) qui entravent l'avancée des FDS», a-t-il indiqué, pronostiquant une défaite dans les jours à venir.

Le 19 décembre, le président Donald Trump a annoncé le retrait des 2000 militaires américains engagés en Syrie, arguant du fait que l'EI était «en grande partie vaincu».

Outre le réduit de Hajine, les djihadistes de l'EI se trouvent dans un secteur du désert syrien qui s'étend du centre du pays à la province de Deir Ezzor et où des affrontements sporadiques les opposent aux forces du régime syrien.

En Syrie et en Irak, l'EI a vu son «califat» autoproclamé se réduire comme peau de chagrin face à de multiples offensives, après une montée en puissance fulgurante en 2014.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!