Football: Ils ne s'aiment pas, mais gagnent ensemble

Publié

FootballIls ne s'aiment pas, mais gagnent ensemble

Euro 2016: la Pologne est minée par une guerre d'egos. Les leaders Blaszczykowski et Lewandowski ne s'apprécient pas du tout.

par
Robin Carrel
Marseille
Entre Jakub Blaszczykowski et Robert Lewandowski, ce n'est pas le grand amour. Les deux hommes réussissent quand même à se congratuler après un but...

Entre Jakub Blaszczykowski et Robert Lewandowski, ce n'est pas le grand amour. Les deux hommes réussissent quand même à se congratuler après un but...

Ils ont longtemps joué ensemble au Borussia Dortmund. Ils se côtoient régulièrement en équipe nationale depuis des lustres. Pourtant, malgré ce vécu en commun, Jakub Blaszczykowski et Robert Lewandowski ne s'aiment pas, tout simplement.

Ce n'est pas forcément de la haine et leur relation s'est un peu améliorée depuis quelques temps. Mais voilà, ils ne s'apprécient pas et les deux hommes se sont encore copieusement ignorés en ce début d'Euro, à l'heure de fêter les buts ou les victoires des leurs.

Blaszczykowski ignoré

Il y a plusieurs versions, pour expliquer leur discorde. Une date du temps où Lewandowski a débarqué à Dortmund en 2010, en provenance du Lech Poznan. Blaszczykowski aurait alors reproché à son compatriote de ne pas être resté proche de lui, ainsi que de son coéquipier et compatriote Lukasz Piszczek. «Lewa» aurait préféré se rapprocher des joueurs allemands afin de s'adapter au mieux à son nouvel environnement.

Une autre raison de cette brouille date du retour au jeu de «Kuba», après une grave blessure subie (rupture des ligaments croisés du genou droit) en janvier 2014. Pendant son absence, le sélectionneur polonais Adam Nawalka a donné le brassard de capitaine à Lewandowski. Il a ensuite ignoré Blaszczykowski, pourtant de retour en santé, en espérant qu'un jeune allait prendre naturellement sa place.

De retour malgré tout

Cela n'est jamais arrivé et celui qui a été prêté la saison dernière à la Fiorentina a fini par regagner sa place sur le flanc droit de l'attaque des «Aigles blancs». Par contre, le brassard est resté sur le bras de son rival et ça, le neveu de Jerzy Brzeczek (42 fois international dans les années 90, capitaine de la Pologne et médaillé d'argent lors des Jeux olympiques de 1992) ne l'a jamais digéré.

La Pologne s'apprête donc à défier le Portugal avec deux hommes qui s'évitent volontiers. Sur le pré, Blaszczykowski réussit un excellent Euro, avec des buts contre l'Ukraine au 1er tour et face aux Suisses au tour précédent. Lewandowski, lui, n'a pas encore trouvé le fond des filets. Il a même manqué quelques occasions énormes, ce qui ne lui ressemble pas, et devrait jouer sur une jambe jeudi soir. La faute à un métatarse qu'il se serait fracturé il y a peu.

A-t-il déjà la tête au Real Madrid, voire au PSG, qui le courtisent activement? Celui qui est surnommé «The Body» n'a plus marqué sous le maillot national depuis 643 minutes et, pour l'instant, c'est son «meilleur ennemi» qui est l'idole de son peuple.

De quoi gamberger pas mal, avant d'affronter, jeudi soir en quart de finale de l'Euro, le Portugal de Cristiano Ronaldo qui, lui, est sur la pente ascendante.

Ton opinion