Publié

ConsoIls ont vécu un mois sans supermarché

Des Romands se sont mis au défi de favoriser les petits commerçants. Malgré quelques difficultés, la démarche leur a apporté de jolies surprises, notamment financières.

par
Fabien Feissli
Mère de famille fribourgeoise, Virginie Pasquier a retrouvé le goût de faire des courses.

Mère de famille fribourgeoise, Virginie Pasquier a retrouvé le goût de faire des courses.

Maxime Schmid

Le défi a commencé le 1er juin dernier et a été relevé par plusieurs dizaines de familles romandes. Objectif: vivre un mois sans supermarché. «J’en avais marre du monopole des grandes surfaces et du fait qu’on soit autant dépendant d’eux», explique Noémie Silva, à l’origine de la démarche. La mère de famille fribourgeoise a donc créé un groupe Facebook pour inciter d’autres volontaires à se lancer. «Le défi n’était pas forcément évident à relever. Certains ont raconté leur ras-le-bol ou, pire encore, celui de leurs enfants, sur la page Facebook», précise-t-elle. Au rayon des difficultés, l’absence de certains produits et les horaires d’ouverture des petits commerces. «Ils sont plus restreints. Cela demande de l’organisation. Surtout qu’il faut y aller plus souvent parce que les aliments se conservent moins longtemps», souligne Noémie Silva. La météo pluvieuse du mois de juin n’a pas non plus facilité la vie des participants. «C’était parfois pénible de se déplacer d’une boutique à l’autre, avec le parapluie dans une main, les sacs et encore les enfants», reconnaît Gabrielle Bussard, une autre volontaire.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!