Hockey sur glace - Ils rendent hommage à Gaston Pelletier, «un Monsieur du hockey»

Publié

Hockey sur glaceIls rendent hommage à Gaston Pelletier, «un Monsieur du hockey»

Jakob Lüdi, Robert Meuwly et Jean Gagnon évoquent l’entraîneur qui avait mené FR Gottéron à la LNA en 1980, décédé à l’âge de 87 ans.

par
Jérôme Reynard
Gaston Pelletier, légendaire entraîneur de FR Gottéron

Gaston Pelletier, légendaire entraîneur de FR Gottéron

www.gotteron.ch

Jakob Lüdi, attaquant lors de la promotion de 1980

«C’est une chance d’avoir eu cet entraîneur à Fribourg au bon moment. Il est venu à l’été 1978 avec ses titres conquis avec Villars (1963, 1964) et La Chaux-de-Fonds (1968, 1969, 1970, 1971, 1972, 1973). Il est arrivé dans un groupe jeune, talentueux, qui ne demandait qu’à mûrir.

»C’était un véritable psychologue. Il savait exactement comment prendre chaque joueur. Il pouvait être dur mais drôle aussi. Quand on rentrait de Lugano ou d’Arosa en bus, il lui arrivait de nouer les lacets de deux chaussures différentes de certains joueurs qui dormaient…

»Et puis, il savait procurer du plaisir aux jeunes à l’entraînement, avec des petits challenges, des petits jeux, tout le temps. C’était un Monsieur du hockey.»

Robert Meuwly, gardien lors de la promotion de 1980

«C’est simple: c’est l’un des meilleurs entraîneurs que j’ai eus. Il maîtrisait toutes les facettes du hockey, dont les gardiens. Il ne nous mettait pas de côté. Il ne nous prenait pas pour un autre genre de joueurs. Il nous organisait même des entraînements spécifiques. Et c’était l’un des premiers à le faire.

»Sa grande force, c’était sa psychologie. Il avait cette façon de faire différente. Il savait motiver chaque joueur individuellement, selon son propre caractère. Honnêtement, on n’a jamais eu envie de tricher sous ses ordres.

»Je me souviens d’une scène à laquelle j’ai assisté dans les couloirs de la patinoire à quelques minutes du match de la promotion en 1980. Le président était en train d’expliquer à Gaston que le club n’avait pas les moyens de monter en LNA. Et lui a répondu qu’ils ne pouvaient pas faire ça aux joueurs, que ce serait sans doute notre unique chance de vivre une telle expérience. Et on a été promus.»

Jean Gagnon, défenseur de FR Gottéron de 1980 à 1986

«C’était un grand bonhomme, un excellent coach, tactiquement très fort. Et je ne peux que le remercier. C’est lui qui était venu me chercher outre-Atlantique en 1980. C’est grâce à lui si j’ai vécu tout ce que j’ai vécu en Suisse. Et puis, j’ai eu énormément de plaisir à jouer pour lui durant deux de mes six saisons à Fribourg. C’était extraordinaire. Il savait ce qu’il voulait de chacun des joueurs et comprenait exactement ce qu’un tel ou un autre pouvait lui apporter.

»Il aimait prendre du plaisir tout en étant sérieux. Quand c’était le temps du travail, il était extrêmement rigoureux. Mais lorsque c’était le moment de faire les fous, il faisait partie du groupe. A vrai dire, il sentait bien les choses: quand il fallait piquer un gars, ou lui taper sur l’épaule.»

Ton opinion