Gothard: Ils sèchent la cérémonie
Publié

GothardIls sèchent la cérémonie

Une soixantaine de parlementaires n’iront pas sur les lieux aujourd’hui, dont pas mal de Romands. Pour diverses raisons, ils ont mieux à faire de cette journée non payée!

par
Eric Felley

Evénement exceptionnel et historique incontournable? Pas pour tout le monde au Parlement. En effet, bien des élus n’iront pas, aujourd’hui, à l’inauguration du tunnel de base ferroviaire du Gothard.

A l’Office fédéral des transports (OFT), qui a géré les inscriptions pour la journée depuis le début de l’année, on table sur la présence de 190 parlementaires, ceux qui se sont inscrits. Il en manque donc 56 qui n’ont pas répondu à l’appel.

Parmi eux, quelques Romands vont profiter de cette journée pour régler leurs affaires courantes, à l’instar de Fathi Derder (PLR/VD): «Je vais utiliser ce temps libre pour travailler, je crois qu’il y a aura déjà assez de monde comme ça.» Son collègue Roger Golay (MCG/GE) fera de même: «C’est vrai qu’il y a un aspect historique dans cette journée, mais j’ai beaucoup d’engagements et j’en profite pour régler certains rendez-vous.» Pour Pierre-Alain Fridez (PS/JU), médecin, c’est l’occasion de consacrer la journée à ses patients: «Quand je dois être au Parlement, j’y suis pleinement, mais pour le reste, ce qui est annexe, je ne suis pas très «couper de ruban.»

Le nouveau maire de Genève et conseiller national, Guillaume Barazzone (PDC/GE), aura, lui, l'occasion de couper des rubans, mais pas au Gothard. C’est aujourd’hui son premier jour de fonction. Son parti sort d’un long tunnel puisque le dernier PDC à avoir tenu cette charge fut René Emmenegger, il y a 27 ans…

D’autres préfèrent consacrer cette journée à leur famille. Rebecca Ruiz (PS/VD) entend passer ce mercredi auprès de sa fille: «Je m’étais inscrite, mais parfois il faut savoir faire des choix», justifie-t-elle. Ses collègues vaudoises Ada Marra (PS/VD), Cesla Amarelle (PS/VD) et Adèle Thorens (Les Verts/VD) ne sont pas non plus du voyage. La conseillère aux Etats Anne Seydoux-Christe (PDC/JU) s’était également inscrite, mais elle n’ira pas pour «raisons personnelles».

Imam boycotté

Pour le conseiller national Jean-Luc Addor (UDC/VS), c’est l’occasion d’un boycott en raison de la présence lors de la bénédiction de l’imam Bekim Alimi, qu’il estime trop proche de l’islamisme radical. Il s’en est plaint jusqu’à la conseillère fédérale Doris Leuthard. Son collègue haut-valaisan Franz Ruppen (UDC/VS) ne viendra pas non plus – pas pour la même raison, mais parce qu’il est occupé aux affaires de la commune de Naters, qu’il préside. Enfin, il est une question que les parlementaires éludent. Les bureaux des deux Chambres fédérales ont décidé que cette journée ne serait pas rétribuée par une indemnité journalière, soit la somme usuelle de 440 francs. Cette décision permet une économie potentielle de 108 240 francs, mais elle ne plaît pas à tout le monde, notamment à ceux qui sont indépendants.

Tous les inscrits viendront-ils? Ce n’est pas certain, d’autant que la météo s’annonce mauvaise. Ce matin, un train est prévu à Berne pour les parlementaires avec des conditions de sécurité inédites. Même s’ils ont reçu une accréditation formelle, l’identité de chacun des voyageurs sera vérifiée une nouvelle fois. Tous les invités, «triés sur le volet» comme le dit joliment le programme officiel, ont été listés et «checkés» afin d’éviter toute personne indésirable sur les lieux.

Sécurité draconienne

L’OFT ne fait pas de commentaires sur les mesures de sécurité, mais elles s’annoncent draconiennes. La chancelière allemande, Angela Merkel, le président français, François Hollande, et le premier ministre italien, Matteo Renzi, devraient arriver en hélicoptère sur les lieux, semble-t-il depuis l’aéroport de Milan. L'heure officielle de l’inauguration est prévue à midi pile. Là, on peut être certain que la ponctualité des CFF sera garantie à 100%.

Votre opinion