15.08.2020 à 09:05

VenezuelaIls tentent une «invasion»: 24 ans de prison

Pour avoir tenté une «invasion» armée du Venezuela dans le but de renverser le président Nicolas Maduro, quinze personnes ont été condamnées vendredi à une lourde peine d’emprisonnement.

Le très controversé président vénézuélien Nicolas Maduro était la cible des quinze personnes condamnées ce vendredi.

Le très controversé président vénézuélien Nicolas Maduro était la cible des quinze personnes condamnées ce vendredi.

AFP

Quinze personnes ont été condamnées vendredi à 24 ans de prison par la justice vénézuélienne pour avoir tenté une «invasion» armée du Venezuela par la mer en mai dernier. L’opération était destinée à «renverser» Nicolas Maduro.

Le tribunal a reconnu les accusés, parmi lesquels le «leader» de l’opération, le capitaine Antonio Sequea, coupables de «terrorisme, rébellion et conspiration», a annoncé le procureur général du Venezuela Tarek William Saab dans une déclaration à la presse. Tous les accusés «ont reconnu leur responsabilité» dans cette tentative «d’invasion» ratée du Venezuela début mai, a-t-il affirmé.

La semaine dernière, deux anciens soldats américains avaient été condamnés pour les mêmes faits à vingt ans de prison. L’affaire avait de nouveau crispé les relations déjà très tendues entre Washington et le gouvernement de Nicolas Maduro.

Nicolas Maduro visé

Le président socialiste avait accusé son homologue américain Donald Trump d’avoir «dirigé directement» cette «incursion armée» tuée dans l’oeuf le 3 mai. Selon Caracas, ce jour-là, l’armée et la police vénézuéliennes étaient parvenues à stopper la «tentative d’invasion par la mer» fomentée par des «mercenaires venant de Colombie» sur le rivage de Macuto, à moins d’une heure de route de Caracas.

Les «terroristes» comptaient renverser Nicolas Maduro pour «installer» à sa place le chef de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido, qu’une soixantaine de pays reconnaissent comme président par intérim. Au total, 82 personnes ont été arrêtées pour leur participation présumée à cette entreprise, a souligné M. Saab.

Washington et Bogota ont nié toute participation et le secrétaire d’État Mike Pompeo a affirmé que les États-Unis feraient tout pour rapatrier les deux soldats condamnés.

L’administration Trump tente à tout prix d’évincer le «dictateur» Nicolas Maduro auquel elle nie toute légitimité. Washington serre de plus en plus fort la vis des sanctions et la justice américaine a inculpé l’héritier politique d’Hugo Chavez (1999-2013) pour «narco-terrorisme» en mars.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!