Léman: Ils testent les bateaux du futur

Publié

LémanIls testent les bateaux du futur

Jusqu'à ce dimanche, Lausanne accueille l'Hydro Contest. Une compétition où des étudiants du monde entier cherchent à développer le bateau de demain.

par
Fabien Feissli

En maillot de bain et en tongs, une dizaine d'étudiants s'affairent autour de leurs bateaux. L'un d'eux crie des ordres en anglais. D'un œil attentif, ses collègues observent leurs concurrents dont les bolides fendent déjà les eaux du Léman. Bienvenue à la 2e?édition de l'Hydro Contest, à Lausanne. Jusqu'à la fin de la semaine, seize équipes du monde entier vont faire s'affronter les prototypes qu'ils ont développés. «Mais ce n'est pas juste une course. Ici, chacun partage librement ses connaissances», précise d'emblée Jérémie Lagarrigue, CEO d'Hydros, la start-up suisse à l'origine de l'événement. L'objectif est avoué: augmenter le niveau d'année en année et proposer de véritables innovations susceptibles d'intéresser l'industrie nautique. «Les routes maritimes sont un des enjeux du futur. Il est donc important de faire appel aux idées des étudiants. On est plus intelligents à plusieurs», explique Jérémie Lagarrigue. Et les participants peuvent laisser libre cours à leur imagination. «On leur donne 6000?francs, un moteur électrique et ils font ce qu'ils veulent», souligne le responsable. Seule contrainte, le bateau doit entrer dans un cube de 12,5 m3.

«Les enfants de Tournesol»

Dans les stands des équipes règne une véritable ambiance de campus. Bananes entamées, canettes vides et habits roulés en boule côtoient ordinateurs portables et fiches techniques. Outils à la main, les étudiants s'activent autour de leur prototype. «C'est un super-outil éducatif car ils doivent avoir les deux rôles. Ils sont dans la réflexion, mais ils doivent aussi mettre les mains dans le cambouis», assure le CEO d'Hydros. Et chacun a sa technique pour régler les imprévus. Un Tupperware percé de pailles pour assurer l'étanchéité des câbles électriques pour l'un, une bouteille PET pour l'autre. «Ce sont les enfants du professeur Tournesol», sourit le responsable.

Au-delà des étudiants, Jérémie Lagarrigue souhaite également sensibiliser le plus grand nombre à la problématique de l'efficacité énergétique. L'Hydro Contest est donc ouvert au public. «L'an passé, nous avons eu 3000?personnes, on espère faire au moins aussi bien», détaille-t-il. En plus des stands des équipes et des courses, les Pyramides de Vidy accueilleront des buvettes, des bateaux radiocommandés pour les enfants, des conférences, ainsi qu'une exposition sur les foils, ces fameuses ailes qui permettent aux bateaux de voler au-dessus de l'eau.

Des foils que Jérémie Lagarrigue et l'équipe d'Hydros ont contribué à développer pour battre le record du monde de vitesse à la voile. Aujourd'hui, il rêve de voir d'autres marcher dans ses traces. «L'idéal, ce serait qu'en 2020 un étudiant de l'Hydro Contest ait pu industrialiser ses innovations pour révolutionner le transport maritime», espère-t-il.

Ton opinion