Publié

FootballIls veulent retirer l'Euro des M21 à Israël

Soixante joueurs célèbres ont demandé dans une lettre que l'organisation du tournoi en 2013 soit retirée à l'Etat hébreu.

par
Patrick Oberli
En 2009, Frédéric Kanouté, qui jouait alors à Séville, avait déjà milité pour la Palestine.

En 2009, Frédéric Kanouté, qui jouait alors à Séville, avait déjà milité pour la Palestine.

Marcelo Del Pozo / Reuters

«Incultes!» «Jouez au foot et taisez-vous!» «Bravo pour votre courage!» Lorsqu'un footballeur s'engage sur le terrain politique, cela ne laisse personne indifférent. La lettre écrite le 29 novembre par l'attaquant de Beijing Guoan (Chi), ex-FC Séville, Frédéric Kanouté en faveur du football palestinien et, surtout, contre l'organisation de l'Euro M21 en Israël, en juin 2013, ne fait pas exception. Son écho est d'autant plus grand que l'attaquant franco-malien, 35 ans, a reçu des soutiens de poids dans la corporation. Près de 60 joueurs, dont Didier Drogba (Shanghai Shenhua), Eden Hazard (Chelsea), Kader Mangane (ex-Xamax; Al Hilal Riyad FC), Abou Diaby (Arsenal), Jérémy Menez (PSG) ou Steve Mandanda (OM), ont cosigné le document. Celui-ci se termine par un appel à la paix: «Toutes les personnes ont le droit à une vie de dignité, de liberté et de sécurité. Nous espérons qu'un règlement juste finira par émerger.» C'est la première fois que des footballeurs célèbres prennent position dans ce conflit sans fin.

Jeunes joueurs tués

Le fait qui a réveillé la conscience politique de ces joueurs s'est déroulé durant l'opération «Colonne de Nuée» (14 au 23 novembre 2012). Il s'agit de la destruction du Palestinium Stadium de Gaza. Celle-ci a entraîné la mort de quatre jeunes joueurs âgés entre 16 et 18 ans. «Il est inacceptable que des enfants soient tués pendant qu'ils jouent au football», indique la lettre qui demande ensuite à ce que l'organisation de l'Euro M21 soit retirée à Israël au nom des valeurs du sport. Au cœur du conflit, l'armée israélienne avait indiqué que le stade servait de base aux militants palestiniens pour tirer des missiles en direction de Tel-Aviv.

Pas des brutasses décérébrées

Les réactions ont été vives. Notamment Alain Jakubowicz, le président de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), qui a remis en cause la prise de position des joueurs: «Ces gens-là, qui sont sûrement animés des meilleures attentions, parlent de sujets qu'ils ne connaissent pas. Cela est toujours dangereux.» Avant de les inviter à se rendre sur le terrain.

Frédéric Kanouté n'en est pourtant pas à son coup d'essai dans sa défense de la cause palestinienne. En 2009, il avait exhibé un T-shirt noir pour «protester contre les massacres israéliens» après un but pour le FC Valence. En juin dernier, il s'était engagé avec Eric Cantona en faveur de la libération du gardien palestinien Mahmoud Sarsak. Ce dernier a finalement retrouvé la liberté en juillet, après avoir passé trois ans dans une prison israélienne et mené une grève de la faim de 92 jours.

Cette prise de position collective ne plaît pas à tout le monde. Elle relance aussi le débat sur l'engagement politique des sportifs. Pour Jérôme Champagne, ancien responsable des relations internationales de la FIFA et consultant indépendant, celui-ci est légitime: «Les médias ont un peu tendance à présenter les joueurs comme des brutasses décérébrées qui courent après un ballon. Au-delà du fond de cette protestation, il y a ici le témoignage que le footballeur est un citoyen du monde comme un autre.»

Pour l'ancien diplomate, cette légitimité est encore accentuée par le fait que «nous sommes dans un moment où la séparation entre le football et la politique est un peu une illusion. Le football est affecté par la politique, avec des ingérences et des influences. On voit aussi que la politique essaie de récupérer le football. Un footballeur a tout à fait le droit de s'exprimer sur ces questions-là.»

Ceci est d'autant plus vrai que les instances dirigeantes du football prennent la problématique très au sérieux. Ainsi, la FIFA a-t-elle fait savoir la semaine dernière, qu'elle envisageait de financer la reconstruction du stade de Gaza. Cela dans un souci d'égalité: celui de pouvoir jouer au football aussi bien en Israël qu'en Palestine.

LES SIGNATAIRES

Gael Angoula, Bastia (France) Karim Ait-Fana, Montpellier (France) André Ayew, Marseille (France) Jordan Ayew, Marseille (France) Demba Ba, Newcastle (GB) Abdoulaye Baldé, Lumezzane (Italie) Chahir Belghazouani, Ajaccio (France) Leon Best, Blackburn (GB) Ryad Boudebouz, Sochaux (France) Yacine Brahimi, Granada (Espagne) Jonathan Bru, Melbourne (Australia) Aatif Chahechouche, Sivasspor (Turquie) Pascal Chimbonda, Doncaster (GB) Papiss Cissé, Newcastle (GB) Omar Daf, Sochaux (France) Issiar Dia, Lekhwiya (Qatar) Abou Diaby, Arsenal (GB) Alou Diarra, Marseille (France) Soulaymane Diawara, Marseille (France) Samba Diakité, QPR (GB) Pape Diop, West Ham (GB) Abdoulaye Doucouré, Rennes (France) Didier Drogba, Shanghaï (Chine) Ibrahim Duplus, Sochaux (France) Soudani El-Arabi Hilal, Guimares (Portugal) Jires Kembo Ekoko, Al Ain (EAU) Nathan Ellington, Ipswich (GB) Rod Fanni, Marseille (France) Doudou Jacques Faty, Sivassport (Turquie) Ricardo Faty, Ajaccio (France) Chris Gadi, Marseille (France) Remi Gomis, Valenciennes (France) Florent Hanin, Braga (Portugal) Eden Hazard, Chelsea (GB) Charles Kaboré, Marseille (France) Diomansy Kamara, Eskisehispor (Turquie) Frédéric Kanouté, Beijin Guoan (Chine) Anthony Le Tallec, Auxerre (France) Djamal Mahamat, Braga (Portugal) Steve Mandanda, Marseille (France) Kader Mangane, Riyad FC (AS) Sylvain Marveaux, Newcastle (GB) Nicolas Maurice-Belay, Bordeaux (France) Cheikh M'bengué, Toulouse (France) Jérémy Menez, Paris SG (France) Arnold Mvuemba, Lyon(France) Laurent Nardol, Chartres (France) Mahamadou N'diaye, Guimares (Portugal) Mamadou Niang, Al-Sadd SC (Qatar) Mbaye Niang, Caen (France) Fabrice Numeric, Duslo Sala (Slovaquie) Billel Omrani, Marseille (France) Lamine Sané, Bordeaux (France) Mamady Sidibé, Stoke (GB) Momo Sissoko, Paris SG (France) Cheikh Tioté, Newcastle (GB) Adama Traoré, Melbourne (Australie) Armand Traoré, QPR (GB) Djimi Traore, Marseille (France) Moussa Sow, Fenerbahçe (Turquie) Hassan Ye bda, Granada (Espagne)

Ton opinion