Tennis - «Imaginez si Roger Federer s’était fait la cheville…»
Actualisé

Tennis«Imaginez si Roger Federer s’était fait la cheville…»

Les spectateurs de Roland-Garros que nous avons interrogés lundi sont unanimes – ou presque – et comprennent la décision du Bâlois d’avoir déclaré forfait pour la suite du tournoi.

par
Jérémy Santallo
(Paris)
Grâce à Michel, Evelyne et Françoise, il y a encore un peu de Roger Federer à Roland-Garros.

Grâce à Michel, Evelyne et Françoise, il y a encore un peu de Roger Federer à Roland-Garros.

Sport-Center

Lundi, 12h15 à Roland-Garros. Alors que les ramasseurs de balles s’échauffent dans les allées jouxtant les courts annexes, les spectateurs déambulent sur le site de la Porte d’Auteuil. Certains ont des billets pour le Central, d’autres pour le Suzanne-Lenglen. Adrien et Alexandre, deux copains qui sont respectivement venus de Lyon et Montpellier pour les deux journées des 8es de finale, se prennent tour à tour en photo devant le mur du tournoi. Ils auraient tant aimé franchir les grilles avec l’espoir de voir, ou apercevoir Roger Federer, comme tous ceux que l’on a vu courir derrière le «Maître» avant et après ses entraînements depuis dix jours. Il n’en sera rien.

«J’avais déjà vu jouer Djokovic et Nadal en demi-finales ici. Federer, c’est le seul grand nom que je n’ai jamais vu, c’est décevant, concède Adrien, 21 ans. Quand il a annoncé qu’il allait venir à Paris, j’étais aux anges. En plus, j’avais des places pour le Chatrier donc je pensais que c’était banco. Après, je m’attendais à son forfait, il n’allait pas se défonceravant Wimbledon. C’est le seul Grand Chelem qu’il peut encore gagner. Roland-Garros, ça l’a remis en jambes dans le format cinq sets. Si on connaît le tennis, ce n’est pas frustrant. Je dirais même que c’est normal. Je comprends la frustration des gens car il a raté beaucoup d’éditions ici. Pour ceux qui viennent de loin, qui sont des fans inconditionnels, c’est dommage, c’est sûr. Mais pour la fin de sa carrière et pour lui, c’était la meilleure option. Donc il y a de la déception mais aussi de la compréhension

Non loin de là, aux abords du court no 4, Raphaël (21 ans) et Perle (19 ans) sont du même avis. «Nous étions très heureux de le voir alors oui, bien sûr que l’on est triste. Mais on comprend, lâche Raphaël. Ces derniers mois, il a très peu joué. Et là, il a enchaîné trois parties de haut niveau donc c’est compliqué pour repartir au combat en deuxième semaine. À 39 ans, il a raison de compter ses efforts. Il ne faut pas être fataliste, c’est comme ça, on le verra une autre fois ou à la télévision. Mais quelque chose me dit qu’il ne finira pas sur un forfait. Il doit revenir une dernière fois à Roland-Garros. Nous, on l’attend.»

«Il y a des gens frustrés? Cela en fera toujours moins qu’une année normale, étant donné que le nombre de spectateurs est limité»

Hélène

Avec sa copine Delphine et son accent toulousain, Hélène garde le sourire. «Cela fait 18 ans que je viens à Paris donc j’ai déjà pu le voir à l’œuvre plusieurs fois. Et même à Wimbledon! Il a 40 ans (ndlr: il les aura le 8 août), c’est déjà génial qu’il soit là, il ne doit rien à personne et n’a pas à s’excuser. Il n’avait pas fait de matches en cinq sets depuis longtemps. Et puis Wimbledon, c’est la Mecque, le tournoi au-dessus des trois autres, encore plus pour Roger. C’est dommage pour nous, mais c’est comme ça. Imaginez s’il s’était fait la cheville aujourd’hui (ndlr: lundi) Il y a des gens frustrés? Cela en fera toujours moins qu’une année normale, étant donné que le nombre de spectateurs est limité (rires)!»

Mathieu (Metz), Clément (Paris) et Thomas (Nancy) ont suivi le match de Roger Federer jusqu’au bout de la nuit samedi soir. «On savait qu’on verrait une des trois légendes (ndlr: avec Nadal et Djokovic) si elle s’imposait», souffle le premier cité. Il y a un match en moins sur le Lenglen aujourd’hui (ndlr: lundi), cela devait être Federer, donc on est encore plus déçus. Je comprends que Wimbledon soit son objectif principal, il était un peu juste en arrivant à Paris, donc cela ne me choque pas plus que ça qu’il se soit retiré.» À la place du «Maître», les trois membres de la même famille sont allés voir Diego Schwartzman et Jan-Lennard Struff. La douche froide? «Non, par respect pour eux, on ne peut pas dire ça non plus.»

«Ce serait dommage qu’il ait fait ses adieux au public français à huis clos»

Michel

On tombe ensuite sur trois personnes qui portent chacune un masque à l’effigie du Bâlois. L’occasion est trop belle. «Tu vois je t’avais dit qu’on allait faire fureur avec ça», lance Michel à Françoise. Nous avons appris la nouvelle en regardant le direct de France Télévisions hier (ndlr: dimanche). Il a fait durer le suspense mais on s’y attendait un petit peu. La déception est là mais on comprend, à bientôt 40 ans, il écoute son corps pour se préserver pour Wimbledon et les JO. On ne peut pas lui en vouloir», poursuit Michel, coupé par Françoise lorsqu’on demande si «RF» a manqué de respect au tournoi. «Il n’est pas comme ça», s’exclame la dame. «Ce serait dommage qu’il ait fait ses adieux au public français à huis clos. Il faut qu’il fasse un effort pour revenir, quitte à ne jouer qu’un seul match. Que les gens puissent lui rendre un dernier hommage», conclut Michel.

Finalement, parmi tous nos interlocuteurs, seul Bruno, d’Orléans, semble avoir mal vécu la désertion de Roger Federer. «Il était de mauvaise humeur toute la soirée», rigole sa femme Betty. «Cela m’étonne quand même de lui, il manque un peu de respect sur ce coup-là, ce n’est pas son style, reprend le mari. S’il est blessé, d’accord, mais si c’est pour se préserver pour Wimbledon, je trouve que c’est limite. C’est quelqu’un de fair-play normalement, mais c’est comme ça.»

Votre opinion