JO 2018: «Immense déception» pour Andri Ragettli
Publié

JO 2018«Immense déception» pour Andri Ragettli

Deuxième des qualifications, le freestyler grison a flanché en finale pour prendre une 7e place indigne de son talent.

1 / 70
Rico Peter, quatrième, a manqué le bronze avec le bob à quatre suisse pour 21 centièmes. Dur dur (Dimanche 25 février 2018).

Rico Peter, quatrième, a manqué le bronze avec le bob à quatre suisse pour 21 centièmes. Dur dur (Dimanche 25 février 2018).

Keystone
Dario Cologna n'a eu aucune chance sur le 50 km olympique en style classique de Pyeongchang. Le Grison termine 9e (Samedi 24 février 2018).

Dario Cologna n'a eu aucune chance sur le 50 km olympique en style classique de Pyeongchang. Le Grison termine 9e (Samedi 24 février 2018).

Keystone
La joie du grison Nevin Galmarini sur la plus haute marche du géant parallèle à Pyeongchang (Samedi 24 février 2018).

La joie du grison Nevin Galmarini sur la plus haute marche du géant parallèle à Pyeongchang (Samedi 24 février 2018).

Keystone

Comme en 2014 à Sotchi, les spécialistes suisses masculins de slopestyle n'ont pas répondu aux attentes (élevées) à Pyeongchang. Andri Ragettli, un des favoris pour l'or, n'a pas fait mieux que 7e de la finale olympique.

Le Grison est le seul rider au monde à maîtriser le quadruple cork 1800, soit quatre sauts périlleux arrière avec cinq rotations. Mais il n'a pas eu l'occasion de déployer tout son talent en finale pour évoluer bien en deçà de ses possibilités. En particulier sur les rails, dans le haut du parcours, ses passages ont manqué d'audace, de vitesse et d'originalité pour rivaliser avec ceux des meilleurs.

Et sur les sauts du bas, le Grison de 19 ans n'a pas su faire la différence. Contrairement à ses compatriotes féminines Sarah Hoefflin et Mathilde Gremaud, en or et en argent la veille, il a fléchi à mesure que la compétition avançait. Il a notamment manqué le dernier saut de son 3e et dernier run. C'en était fini de ses espoirs, et le leader de la Coupe du monde de la spécialité s'effondrait dans la neige du Phoenix Park, évidemment très déçu. Cette fois, la pression, qu'il dit pourtant aimer, a paru le tétaniser.

«Je suis extrêmement déçu»

Ragettli (19 ans) a réussi son meilleur passage, de loin, en qualifications, bouclées au 2e rang. En finale, il est resté une dizaine de points en deçà (seulement 85,80 pts), loin du Norvégien Oystein Braaten, Champion olympique avec 95 pts. L'Américain Nick Goepper a pris l'argent (93,60) et le Canadien Alex Beaulieu-Marchand le bronze (92,40).

«Je suis extrêmement déçu», a déclaré Ragettli, sans ambages. «Le but était la médaille ou la victoire. Le niveau était extrêmement élevé. Je m'attendais à plus de points lors du 2e run. Je ne sais pas exactement ce qui n'a pas fonctionné. Ce n'est certainement pas dû à la pression, car j'aime ça.»

A une question d'ordre général, Ragettli a encore répondu: «Roger Federer est mon grand modèle. Or, il n'a remporté son premier Grand Chelem qu'un mois avant de fêter ses 22 ans, Rendez-vous donc pour moi dans quatre ans, à Pékin.» Le Grison sait que seule une médaille aux JO peut permettre aux riders de sortir du cercle des fans et de toucher un large public, son objectif avoué.

Le Grison Jonas Ambühl s'est classé 9e et le Bernois Jonas Hunziker, 10e. Pour Ambühl, 22e à Sotchi, la progression est au rendez-vous. Mais d'une façon générale, avec encore l'élimination dès les qualifications de l'Obwaldien Fabian Bösch, cette compétition n'est pas à marquer d'une pierre blanche pour les Helvètes.

(ats)

Votre opinion