Panne Swisscom: «Impossible de terminer un appel»
Publié

Panne Swisscom«Impossible de terminer un appel»

Depuis lundi, plusieurs milliers de PME du pays – clientes du géant bleu – sont quasi injoignables. Témoignages.

par
Benjamin Pillard
Le cabinet du Dr Rohrer, à l'instar de tous les clients PME de Swisscom, a dû investir plusieurs milliers de francs pour un réseau téléphonique 100% numérique.

Le cabinet du Dr Rohrer, à l'instar de tous les clients PME de Swisscom, a dû investir plusieurs milliers de francs pour un réseau téléphonique 100% numérique.

Maxime Schmid

Il nous a fallu près d'une demi-heure, hier matin, pour joindre le cabinet médical du Dr Michel Rohrer, à Cheseaux-sur-Lausanne (VD). «C'est l'horreur, très pénible!» a réagi sa secrétaire lorsque la communication a enfin pu être établie. La consultation de ce généraliste vaudois faisait alors les frais d'une panne Swisscom d'ampleur nationale depuis 48 heures. À l'instar de plusieurs milliers d'autres PME bénéficiant de petites centrales téléphoniques reliées au réseau du géant bleu. «Un médecin que nous avons voulu joindre lundi rencontrait aussi des problèmes, de même que notre garage», poursuit la secrétaire du Dr Rohrer. Jusqu'à ce que nous soyons coupés, après une minute et vingt secondes…

Pas d'appels déviés

«Les rares appels que je reçois sont interrompus, fulmine le médecin de 58 ans. Ce cinéma dure depuis lundi. Je ne peux pas me permettre d'avoir une centrale en panne: des patients ont peut-être cherché à me joindre pour une urgence.»

«C'est assez catastrophique», se désole un électricien, installateur partenaire Swisscom, qui précise que les clients ne se rendent même pas compte de la panne, l'appel sonnant dans le vide, comme si personne ne décrochait. «Il est très difficile pour les médecins de joindre nos résidents et vice versa», renchérit un technicien en maintenance d'un EMS vaudois.

«Quand j'ai téléphoné lundi à la hotline PME, avec mon portable, on m'a répondu que si le système tombait complètement en panne, les appels seraient automatiquement déviés sur mon Natel, reprend le Dr Rohrer. Sauf que ce n'est pas le cas…» Et de fustiger la communication «minimisante» du géant bleu, qui annonçait mardi soir que seuls «quelques» clients commerciaux étaient encore touchés par ce qui était alors identifié comme un problème aussi bien logiciel que de composants informatiques. Pour le quinquagénaire, la cause de cette faille inédite est forcément en lien avec la migration – voulue par Swisscom – de la téléphonie fixe vers une connexion 100% numérique (le all-IP, soit un seul réseau pour toutes communications, Natel et Internet comprises), sur le point d'être généralisée. «Nous avons été contraints de passer à ce système au 1er janvier, ce qui nous a coûté plusieurs milliers de francs», détaille le Dr Rohrer.

«Une des plus grosses pannes»

Une version contestée par le géant bleu. «Nos plates-formes analogiques pouvaient également connaître des dérangements dus au software», assure son porte-parole, Christian Neuhaus. Tout en estimant que cette panne constitue «l'une des plus grosses» qu'ait connues l'opérateur. Le bug, «d'une très grande complexité», serait aujourd'hui résolu. «On est prudemment confiants», lâche le chargé de communication.

Votre opinion