Fiscalité  - Impôt sur la fortune: retour en grâce à la faveur de la crise 
Publié

Fiscalité Impôt sur la fortune: retour en grâce à la faveur de la crise

Avec la crise sanitaire, les propositions pour taxer les grandes fortunes se multiplient, pour renflouer les caisses et lutter contre les inégalités qui ne cessent de se creuser.

Thomas Piketty, spécialiste de l’étude des inégalités économiques. 

Thomas Piketty, spécialiste de l’étude des inégalités économiques.

AFP

Elles viennent des meilleurs économistes, et même du FMI : les propositions pour taxer les très grandes fortunes se multiplient, pour renflouer les caisses des Etats et corriger un peu des inégalités béantes. La pente sera lente à remonter après 40 ans d’érosion des taux d’imposition des hauts revenus sur tous les continents, un taux qui a par exemple plongé de 53% en Corée du Sud entre 1979 et 2002, un record.

Spécialiste des inégalités, l’économiste Thomas Piketty a appelé dans Le Monde mi-avril à la mise en place d’un «impôt mondial de 2% sur les fortunes supérieures à 10 millions d’euros». Cette taxe rapporterait 1000 milliards d’euros par an, a précisé Thomas Piketty à l’AFP. Il y voit un moyen de corriger les inégalités Nord-Sud puisque «les sommes pourraient être réparties entre tous les pays en proportion de leur population». Une autre proposition a été formulée par Emmanuel Saez et Gabriel Zucman, professeurs à l’université de Berkeley en Californie. «N’attendez pas que les milliardaires vendent leurs actions» pour les taxer, ont-ils écrit dans le Washington Post à l’adresse de la nouvelle administration démocrate.

Lutte contre l’évitement fiscal

Alors que les 400 Américains les plus riches ont amassé une fortune correspondant à 18% du Produit intérieur brut américain, une part qui a doublé depuis 2010, les Jeff Bezos (Amazon), Elon Musk (Tesla), Larry Page (Google) et Mark Zuckerberg (Facebook) «contribuent peu à remplir les caisses publiques», font valoir les deux économistes français. La raison ? «Ils structurent leurs affaires de manière à avoir peu de revenus imposables». Par exemple, ils ne se versent pas de gros salaires ni ne vendent leurs actions pour ne pas avoir à payer des impôts dessus.

Pour lutter contre l’évitement fiscal, les économistes proposent donc d’imposer les «plus-values non réalisées» par ces milliardaires – soit «moins de 1000 personnes» – sous la forme d’une taxe exceptionnelle susceptible de rapporter 1000 milliards de dollars. «Mettre en place une taxe exceptionnelle sur ceux qui se sont enrichis pendant la crise apparaît désormais comme une évidence. C’est une mesure populaire, au-delà des clivages politiques, et qui est en train d’essaimer dans le monde», estime Quentin Parrinello, d’Oxfam France. L’ONG s’appuie sur un sondage réalisé par Glocalities montrant que 63% des Français soutiendraient une taxe de 1% sur les revenus supérieurs à 8 millions d’euros pour financer la relance.

«Contribution Covid»

Mais à part l’Argentine et la Bolivie, qui ont introduit une «contribution Covid» exceptionnelle sur les grandes fortunes – purement symbolique dans le cas de La Paz -, peu de pays y semblent disposés, même sous la forme d’une taxe non reconductible. Le sujet n’est même pas à l’ordre du jour en Australie, en Allemagne ou en Grande-Bretagne, bien que 54% des Britanniques y soient favorables selon un sondage récent.

La France, qui a supprimé en 2018 l’Impôt sur la fortune (ISF) mis en place en 1989, exclut toute hausse de la fiscalité. Le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire a fermé la porte à une contribution unique, rappelant le précédent d’une surtaxe sur les hauts revenus instaurée en 2012, et toujours en place. «On adore le provisoire qui dure», a-t-il ironisé.

En outre, une telle taxe serait «très difficile à mettre en place» et donnerait un «coup de fouet à l’évasion fiscale», a fait valoir auprès de Bloomberg le prix Nobel d’économie Angus Deaton, qui dirige une commission d’experts sur les inégalités au Royaume-Uni. Mais la volonté du nouveau président des Etats-Unis Joe Biden de relever à 28% l’impôt sur les sociétés pour financer son plan de relance de 2000 milliards de dollars témoigne d’une prise de conscience que la course au moins-disant fiscal n’est plus soutenable ni budgétairement, ni politiquement.

Même le Fonds monétaire international, longtemps champion de l’orthodoxie libérale, voit dans le contexte actuel une «opportunité d’inverser» la tendance à l’érosion des recettes fiscales et recommande une taxe temporaire sur les plus hauts revenus. Cette piste n’est pour le moment pas privilégiée par l’administration Biden, mais la remontée attendue des taux d’intérêt américains, en compliquant l’équation budgétaire, pourrait l’amener à reconsidérer la question.

(AFP)

Votre opinion