Ukraine: Inauguration du dôme métallique à Tchernobyl
Actualisé

UkraineInauguration du dôme métallique à Tchernobyl

Il recouvre depuis mardi le réacteur nucléaire qui a explosé en 1986. Il doit résister une centaine d'années.

Le dôme métallique, ici le 14 novembre 2016, pèsera 36'000 tonnes.

Un dôme métallique recouvre désormais le sarcophage entourant le réacteur nucléaire accidenté de Tchernobyl afin de le protéger et de confiner la radioactivité. Ce projet hors normes est censé assurer la sécurité du site pour les 100 ans à venir.

«Nous avons célébré aujourd'hui à Tchernobyl la fin réussie de l'opération» de pose de l'arche, «une étape clé avant l'aboutissement du programme international pour transformer Tchernobyl en un site sûr et sans danger pour l'environnement d'ici novembre 2017», ont indiqué les géants français du BTP Vinci et Bouygues, qui ont construit cette arche.

La construction a coûté de deux milliards d'euros à la communauté internationale. En forme d'arche, cette cloche de confinement est une ossature métallique de 25'000 tonnes (36'000 tonnes équipée), de 108 mètres de haut et 162 mètres de long.

D'une durée de vie d'au moins 100 ans, celle-ci va permettre de confiner les matières radioactives, de protéger les travailleurs du site et le sarcophage existant contre les agressions climatiques. De plus, elle dispose d'équipements qui vont permettre les opérations futures de démantèlement du réacteur numéro 4.

Un premier sarcophage

Le 26 avril 1986, à 01h23, ce réacteur explosait au cours d'un test de sûreté. Pendant dix jours, le combustible nucléaire a brûlé, rejetant dans l'atmosphère des éléments radioactifs qui contaminèrent, selon certaines estimations, jusqu'aux trois quarts de l'Europe.

En 206 jours, un «sarcophage», d'une ossature métallique de 7300 tonnes et composé de 400'000 mètres cubes de béton, a été construit par près de 90'000 personnes, dans des conditions très difficiles, afin d'isoler le réacteur accidenté, raconte à l'AFP Anna Korolevska, directrice adjointe du musée de Tchernobyl à Kiev.

(AFP)

Votre opinion