Jura - Incendies: un marcheur annonce un foyer qui en cache un autre
Publié

JuraIncendies: un marcheur annonce un foyer qui en cache un autre

Les feux de forêt se multiplient dans l’arc jurassien. Vivement la pluie…

par
Vincent Donzé
Les incendies se succèdent, ici dans la forêt de Chaumont (NE).

Les incendies se succèdent, ici dans la forêt de Chaumont (NE).

DR – Ville de Neuchâtel

Un appel à témoins a été lancé mardi par la police jurassienne, suite à des incendies de forêt. À Soubey, au lieu-dit Oeuche Pernatte, mais aussi au Pommerat, au lieu-dit Sous Les Breuleux, deux sinistres intriguent.

L’enquête a débuté par une information provenant d’un marcheur, annonçant un foyer dans le secteur du Moulin-Jeannottat. Une patrouille a découvert un incendie de forêt «à environ 1 km en aval de ce lieu, sur la rive droite du Doubs», indique la police.

Composée principalement de feuilles mortes, la première couche de végétation, s’est consumée, enflammant quelques souches sèches, sur une surface d’environ 700 mètres.

Une motopompe

Secondés par un ancien garde-forestier, six intervenants du SIS Franches-Montagnes Centre sont intervenus avec deux véhicules. «Une motopompe a été mise en action pour permettre l’extinction de cet incendie couvant», précise le sergent-major Patrick Varrin.


En tentant de localiser l’incendie, l’inspecteur d’arrondissement Bernard Brahier en a découvert un autre, en amont de Soubey, au lieu-dit Oeuche Pernatte, sur la rive gauche du Doubs. Ce deuxième incendie a nécessité l’engagement des SIS Clos-du-Doubs, Franches-Montagnes Est et CRIS de Porrentruy, soit 33 hommes et neuf véhicules.


Là aussi, la première couche de végétation a brûlé, mais sur une surface d’environ 6000 m2, dans une forte pente. Le drone de la police cantonale a été engagé «afin d’avoir la vue d’ensemble du sinistre et de découvrir d’autres sources de chaleur potentielles».

Armée suisse


Des contacts ont été pris avec l’armée suisse en vue d’engager un hélicoptère dans la zone escarpée. Par la
suite, «il a été renoncé à ce moyen étant donné que les sapeurs-pompiers ont pu localiser les foyers et circonscrire l’incendie», selon la police jurassienne.


Une ambulance est intervenue sur les lieux afin d’évaluer l’état de santé d’une personne légèrement incommodée par la fumée.


Une enquête a été ouverte par la gendarmerie afin de déterminer les causes de ces deux incendies. Un appel a été lancé à «toute personne ayant constaté un fait particulier pouvant se rapporter à ces incendies».

Degré 3

Dans le Littoral neuchâtelois, le danger d’incendie de forêt est de degré 3. Lundi dernier, les pompiers du Landeron et de Lignières sont intervenus à Cressier, vers le lieu-dit La Baraque, pour maîtriser rapidement un sinistre étendu sur 400 m2.

Les autorités réitèrent un appel à la plus grande prudence pour faire du feu en forêt. «En cas de feu, la litière peut s’enflammer très facilement», disent-elles. À cause de l’absence de végétation verte au sol, le feu peut se propager rapidement, notamment dans les versants secs.

«La couche inférieure du sol est encore humide et donc ignifuge, de sorte que l’intensité et la profondeur du feu seraient probablement limitées. La couche d’humus supérieure brûlerait partiellement», ont précisé mardi les autorités d’Hauterive.


Des feux de couronnes sont possibles dans les peuplements de conifères et dans les versants en pente. «En cas de vent, il faut s’attendre à la présence de flammèche», ont prévenu les autorités.

Votre opinion