Savoie: Incommodé par le bruit, il tue un joueur de pétanque

Actualisé

SavoieIncommodé par le bruit, il tue un joueur de pétanque

Un homme de 35 ans a été mortellement blessé au thorax, jeudi soir à Bessans, par un voisin armé d'un pistolet à air comprimé.

Une partie de pétanque a viré au drame, jeudi soir à Bessans (Savoie).

Une partie de pétanque a viré au drame, jeudi soir à Bessans (Savoie).

iStock

Un homme de 35 ans est décédé jeudi soir des suites de ses blessures à Bessans (Savoie), après avoir été touché par un tir d'une arme à air comprimé, lors d'une altercation avec un habitant qui se plaignait d'un tapage nocturne, a-t-on appris vendredi auprès du parquet.

Le drame s'est joué vers minuit après un appel aux gendarmes de l'auteur présumé du tir pour un tapage sur la voie publique.

Lorsque les militaires arrivent sur le terrain communal où une partie de pétanque se déroulait, ils trouvent un homme allongé et grièvement blessé au thorax par le projectile d'une arme à air comprimé, a indiqué à l'AFP la procureure de la République à Albertville, Anne Gaches.

Malgré les premiers secours, la victime décède des suites de ses blessures. Un riverain du terrain communal, âgé d'une quarantaine d'année, a été immédiatement interpellé et placé en garde à vue pour «meurtre».

«C'est le bruit qui a conduit le gardé à vue à alerter les gendarmes et qui l'a poussé à sortir de chez lui pour demander de faire moins de bruit. Et c'est là qu'une altercation éclate durant laquelle le gardé à vue tire avec une arme de défense», a ajouté Mme Gaches, précisant que les auditions étaient «toujours en cours» pour déterminer les circonstances exactes du drame.

La brigade de recherches de la gendarmerie de Saint-Jean-de-Maurienne et la brigade territoriale autonome de Lanslebourg-Mont-Cenis ont été co-saisies de l'enquête.

«L'enquête nous dira ce qu'il en est de la qualification exacte à retenir» contre le riverain, a conclu la magistrate qui se dessaisira de l'affaire dans la journée de vendredi au profit du pôle criminel du tribunal judiciaire de Chambéry.

(AFP)

Ton opinion