Football – Incroyable exploit: mais c’est quoi ce Sheriff qui fait la loi?
Actualisé

FootballIncroyable exploit: mais c’est quoi ce Sheriff qui fait la loi?

Pesant financièrement… 64 fois moins que le Real Madrid, le club moldave a créé la sensation en humiliant mardi les Merengue sur leur pelouse. Retour sur une soirée historique.

par
Nicolas Jacquier
Sebastien Thill vient de réussir le 2-1 d’un incroyable exploit. Après 180 minutes, les Moldaves sont en tête de leur poule…

Sebastien Thill vient de réussir le 2-1 d’un incroyable exploit. Après 180 minutes, les Moldaves sont en tête de leur poule…

REUTERS

Ce qui devait être une partie de plaisir et une simple promenade de santé a tourné à la mauvaise farce. Humilié à domicile 2-1 par Sheriff Tiraspol, le Real Madrid a subi mardi l’une de ses pires déroutes européennes. Invités surprise de la Ligue des Champions 2021-2022, les Moldaves, qui s’étaient déjà défaits du Shakhtar Donetsk lors de la journée inaugurale, se sont installés en tête de leur groupe, avec deux victoires au compteur. Ils précèdent le Real (3), l’Inter Milan (1) et les Ukrainiens (1). Mais c’est qui, c’est quoi, ce Sheriff qui fait la loi? Découverte en 5 points.

1. Une équipe qui ne pèse pas lourd, mais…

La valeur marchande du FC Sheriff Tiraspol, c’est 13,5 millions de francs, soit 64 fois moins que les stars du Real, dont le contingent pèse 862 millions de francs. Que l’on n’a pas vu sur la pelouse de Bernabeu Joueur le plus côté des visiteurs, l’attaquant colombien Franck Castaneda «vaut» 1,2 million de francs. À peine un demi-orteil de Karim Benzema. De la volonté, du talent et l’indispensable coup de pouce de la chance (qui ne s’achète pas) ont suffi pour renverser le Real de Carlos Ancelotti.

2. Un héros luxembourgeois

À Madrid, le leader de la poule D a fait la différence dans les ultimes secondes. La belle histoire de la deuxième journée est née des pieds inspirés de Sébastien Thill. Débarqué à Tiraspol en début d’année en provenance du FC Progrès Niederkorn, le milieu de terrain luxembourgeois, auteur d’une fantastique demi-volée, a signé le but de la soirée à la 90e minute.

À 27 ans, Thill s’est fabriqué des souvenirs pour la vie. De quoi booster une valeur marchande arrêtée à 450 000 francs. «Oui, jai marqué un super but, là on fait un peu la fête et après on se remet dans le championnat», devait convenir au coup de sifflet final le héros, dont le tatouage présent sur son mollet gauche - le joueur et son No 31 rêvant de la Coupe aux grandes oreilles - a aussitôt enflammé la Toile.

A Noël 2017, le footballeur avait fait les gros titres de la presse de son pays pour un motif moins réjouissant. Ayant pris le volant sous l’influence de l’alcool, il avait provoqué plusieurs accidents de la route avant de prendre la fuite. Un délit qui avait valu à son auteur une lourde amende assortie d’une interdiction de conduire durant trois ans et demi.

3. Un très long chemin

Avant de décrocher pour la première fois de son histoire la poule aux d’or, le Sheriff avait déjà dû passer quatre tours. Les protégés de Yuriy Vernydub, coach ukrainien de 55 ans, ont successivement éliminé cet été les Albanais de Teuta Durrës (4-0, 1-0), les Arméniens du FC Alashkert (0-1, 1-3) et les Serbes de l’Étoile Rouge (1-1, 0-1), disposant ensuite des Croates du Dinamo Zagreb en barrage (3-0, 0-0). Avant son avènement sur la scène internationale, le club avait aussi atteint quatre fois les poules de l’Europa League. Notamment en 2010 après avoir échoué contre le FC Bâle en play-off de la Ligue des champions (deux victoires rhénanes).

4. Représentant une région autoproclamée

Basé à Tiraspol (135 000 habitants), en Transnistrie, une région sécessionniste reconnue par aucun État, le FC Sheriff Tiraspol évolue sous la bannière moldave. Ce qui n’empêche pas ce territoire prorusse de posséder sa propre monnaie et son propre gouvernement tout en cultivant la nostalgie de l’époque soviétique comme en témoigne son drapeau frappé du marteau et de la faucille. Fondé en 1997 par Victor Gushan, un ancien policier qui devait créer un empire en profitant d’un capitalisme outrancier, le club joue à la Bolshaya Arena, une enceinte ultramoderne de quelque 13 500 places. Depuis sa promotion en 1re division locale, il truste les titres de champion, qu’il a systématiquement conquis entre 2001 et 2021 à l’exception des éditions 2011 et 2015. Son palmarès comprend aussi sept Coupes de Moldavie. Sheriff est la tête de pont d’un conglomérat aux contours parfois opaques, possédant des entreprises de construction, des stations-service, des casinos, un réseau de téléphonie ainsi que plusieurs distilleries de cognac.

5. Un portier décisif

Petit Poucet de la compétition, Sheriff a aussi pu compter sur les réflexes de son gardien grec pour terrasser le club aux 13 ligues des Champions. Multipliant les sauvetages, le bondissant Athanasiadis devait même réaliser un arrêt du visage, sur une frappe à bout portant de Luka Modric, un arrêt décisif qui nécessitera l’intervention des soigneurs. Mardi soir, le Real a adressé 31 tirs en direction de la cage moldave contre… 4 à son adversaire pour ne trouver le chemin des filets que sur penalty. Maîtres du ballon avec 76% de possession, ses joueurs ont aussi effectué 705 passes (contre 237 aux visiteurs) en pure perte. Voilà le Sheriff, dont le logo représente une étoile à cinq branches de shérifs américains, bien parti pour bousculer l’ordre établi.

Votre opinion