Football vaudois - Match complètement fou entre Crans et Saint-Prex
Publié

Football vaudoisMatch complètement fou entre Crans et Saint-Prex

Un carton rouge, un but contre son camp et trois goals marqués dans les dernières minutes du match pour renverser le score. Incroyable scénario en quatrième ligue.

par
Rebecca Garcia
Le terrain du FC Crans se trouve au centre sportif de Crans-Céligny.

Le terrain du FC Crans se trouve au centre sportif de Crans-Céligny.

Archive FC Crans, Twitter

Ce n’est pas une «remontada» mais une remontée avec l’accent le plus vaudois possible. Il fallait aller voir du côté de la quatrième ligue pour dénicher le match le plus fou du week-end. Carton rouge? Il a été distribué à la 69e. But contre son camp? C’était à la 43e minute, et il a donné l’avantage à Crans (4-3). Buts dans le temps additionnel? Oui, l’Amical Saint-Prex a marqué aux 94e et 95e minutes. Score final: 5-6 en faveur de Saint-Prex, qui a dû se battre jusqu’au bout et à 10 contre 11 pour arracher cette victoire. L’équipe perdait encore 5-3 à la 88e minute de jeu.

Un expulsé, trois buts marqués

Si la fin de match a dépassé toutes les promesses, les premières minutes de la rencontre avaient aussi de quoi intéresser. Tout commence à la 6e minute avec le but d’Iseni pour Saint-Prex. Les visiteurs mènent au score mais sont rattrapés quelques minutes plus tard par Crans. Sur leur terrain de Crans-Céligny, les locaux marquent le deuxième but puis sont rattrapés au score. Ils inscrivent le troisième but puis sont rattrapés au score. Ils plantent ensuite le quatrième but et… en remettent un quatre minutes plus tard sur penalty.

«On était très confiants jusqu’au but à la 88e minute»

Simo Doujal, entraîneur du FC Crans.

A entendre les discours des uns et des autres, il y a eu un peu de chambrage sur le terrain. Sursaut d’orgueil ou réussite retrouvée: l’Amical Saint-Prex a réussi l’exploit de marquer trois buts entre la 88e et la 95e minute du match.

Mieux encore: le club jouait à ce moment-là à 10 contre 11 à la suite de l’expulsion du capitaine et milieu de terrain Kevin Besson dès la 69e minute. «Mon joueur a commis une faute de frustration», reconnaît l’entraîneur Julien Marchionno. Il n’en fallait pas plus pour déclencher une fin de match totalement débridée. «C’était complètement dingue», confirme encore le tacticien.

La feuille de match témoigne d’un match totalement fou.

La feuille de match témoigne d’un match totalement fou.

Football.ch

«Je crois que c’est le premier but de la tête qu’il met depuis que je le connais»

Julien Marchionno, entraîneur de l’Amical Saint-Prex

Le FC Crans n’a pas su contenir les offensives de son adversaire du jour. «Mes joueurs étaient fatigués», analyse Simo Doujai, entraîneur de l’équipe. Elle avait pourtant fait le plus dur en inscrivant cinq buts dans la partie, mais les deux longueurs d’avance au score n’ont pas suffi. «L’équipe adverse a commencé à déjouer. Je pense qu’elle n’a plus su quelle attitude adopter», analyse Julien Marchionno. Saint-Prex a poussé, encore et encore jusqu’à ce que Clément Bonard, Clirim Iseni (pour un triplé) – «je crois que c’est le premier goal de la tête qu’il met depuis que je le connais», lâche l’entraîneur – et Jeremy Paiva (que le coach a remis sur le terrain pour les derniers instants) marquent.

Ils assurent ainsi l’improbable victoire de leur équipe pour le plus grand malheur du FC Crans. «Je vous laisse imaginer l’état de mes joueurs, ils étaient très tristes dans les vestiaires», confie Simo Doujai. Il conclut toutefois sur une note positive: «je reste tout de même confiant de cette équipe!»

Dans le camp adverse, «je vous laisse imaginer l’ambiance dans les vestiaires!». L’euphorie a gagné tout le monde. Le banc s’est précipité vers le dernier buteur de la partie pour le féliciter. «On vient d’un début de saison catastrophique par rapport à nos attentes», se réjouit l’entraîneur, qui parle d’une «poisse incroyable» de son équipe. «Certains de mes joueurs en avaient marre de perdre sans démeriter, ça pesait sur le moral des troupes», lâche-t-il.

La feuille de match ne fait aucune mention de la troisième mi-temps, et c’est peut-être mieux comme cela. Le tacticien de Saint-Prex évoque sobrement «une célèbre boîte lausannoise» pour ce match dont ils se souviendront tous pendant très longtemps.

Votre opinion