Inde: Des dizaines de milliers de policiers déployés face aux agriculteurs
Publié

IndeDes dizaines de milliers de policiers déployés face aux agriculteurs

Les manifestants réclament l’abrogation des réformes visant à libéraliser le marché des produits agricoles. Dix stations de métro ont été fermées dans le centre de New Delhi.

Des manifestants bloquent la route nationale lors d'un barrage appelé par les agriculteurs à Kundli, dans l'État de l’Haryana. 

Des manifestants bloquent la route nationale lors d'un barrage appelé par les agriculteurs à Kundli, dans l'État de l’Haryana.

AFP

Des dizaines de milliers de policiers ont été déployés samedi dans toute l’Inde face aux nouvelles manifestations prévues par les agriculteurs contre les réformes agricoles du gouvernement.

Dix stations de métro ont été fermées dans le centre de New Delhi, la capitale – où un rassemblement de tracteurs avait dégénéré en heurts violents le mois dernier –, et des milliers de policiers ont installé des barricades et des barrages routiers aux principaux carrefours.

Des syndicats d’agriculteurs ont appelé à la mise en place de barrages samedi dans tout le pays. Les médias ont rapporté que des agriculteurs et leurs sympathisants avaient bloqué des routes et occupé des postes de péage dans plusieurs États, sans aucun trouble.

Contre les grands conglomérats

Depuis novembre, des dizaines de milliers d’agriculteurs campent dans la périphérie de Delhi, réclamant l’abrogation des réformes qui visent à libéraliser le marché des produits agricoles, dont ils affirment qu’elles vont propulser le secteur agricole du pays aux mains de grands conglomérats. Après les heurts survenus dans la capitale le 26 janvier, les syndicats d’agriculteurs avaient promis que toute nouvelle action serait pacifique.

Alors que les autorités ont augmenté la pression sur ces camps de manifestants en coupant l’approvisionnement en eau et en internet, les agriculteurs ont juré de poursuivre leur mouvement pendant des mois. Rakesh Tikait, l’une de leurs principales figures, a déclaré samedi que les manifestations se poursuivraient jusqu’au 2 octobre, date du premier anniversaire du lancement de leur campagne, à moins que le gouvernement n’abroge les nouvelles lois.

Rakesh Tikait a souligné auprès du journal Indian Express que des milliers d’autres agriculteurs voulaient venir à Delhi pour se joindre aux manifestations et que les clôtures en fil barbelé installées autour des camps ne les en dissuaderaient pas. «Ils peuvent jeter des clous sur le sol; nous les couvrirons de terre et nous ferons pousser des fleurs. Nous n’avons pas peur des barricades ou du déploiement sécuritaire», a-t-il dit. «Nous ne pensons pas que la police va fermer la zone. S’ils le font, il y a des manifestants ici qui peuvent faire tomber toutes les barricades», a-t-il ajouté.

En dehors de Delhi, d’importants déploiements de police ont été ordonnés dans les principaux États agricoles de l’Uttar Pradesh, de l’Haryana et du Punjab. «Il y a un déploiement de force adéquat dans les endroits sensibles» autour de Delhi, a déclaré à l’AFP Atul Srivastava, porte-parole de la police de l’Uttar Pradesh. «Nous allons nous assurer qu’il n’y a pas de problème de troubles à l’ordre public.»

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires