Espagne: Inexplicable: les attaques d’orques se multiplient
Publié

EspagneInexplicable: les attaques d’orques se multiplient

Ces deux derniers mois, des cétacés s’en sont pris à des bateaux. «Très inhabituel» et «préoccupant», jugent des scientifiques.

par
R.M.
Les multiples attaques d’orques pourraient avoir été perpétrées par un seul groupe.

Les multiples attaques d’orques pourraient avoir été perpétrées par un seul groupe.

iStock

Vendredi dernier au large de La Corogne, au nord-ouest de l’Espagne, un yacht de 10 mètres a été attaqué par une orque. L’animal l’a percuté 15 fois. Dix jours auparavant, toujours dans l’Atlantique, un navire français avait été pris en chasse par plusieurs de ces mammifères marins. Le même jour, détaille «L’Express», un voilier espagnol perdait, une partie de son gouvernail suite à l’assaut d’une orque.

Le 29 juillet, au large du cap de Trafalgar, à l’ouest du détroit de Gibraltar, un bateau d’une quinzaine de mètres s’était retrouvé entouré par neuf orques. Les cétacés avaient percuté la coque pendant plus dune heure, faisant parfois tourner le navire à 180 degrés.

D’autres attaques du même genre ont eu lieu ces deux derniers mois au large de l’Espagne et du Portugal, a révélé le «Guardian», avec des parties de gouvernails arrachés, des coques endommagées ou des appels de détresse d’équipages apeurés.

À cause d’un stress?

Si ces animaux sont de redoutables prédateurs et que les mâles peuvent atteindre près de 10 mètres, ils sont pourtant considérés comme sociables et ne représentant habituellement pas de danger pour l’homme et encore moins pour des navires.

Alors que penser de ces attaques? Les scientifiques considèrent ces comportements comme «très inhabituels» et «préoccupants», relate le quotidien britannique. Ils disent qu’il est prématuré d’avancer une explication crédible à ce mystère. Mais ils suggèrent tout de même que toutes les attaques pourraient provenir du même groupe d’orques et qu’elles pourraient indiquer un fort niveau de stress dans une population en danger.

En attendant d’en savoir plus, les autorités espagnoles ont conseillé aux navires de «garder leurs distances.»

Votre opinion

32 commentaires