Publié

Fifa/UEFAInfantino fustige les «Panama Papers»

Epinglé dans le scandale des comptes offshore, le président de la FIFA s'est défendu dans un article à paraître lundi.

Gianni Infantino est le nouveau président de la FIFA.

Gianni Infantino est le nouveau président de la FIFA.

Keystone

Le président de la FIFA Gianni Infantino a jugé honteuse la manière dont les «Panama Papers» ont présenté certains contrats télévisuels signés par l'UEFA quand il en dirigeait le département juridique.

«Tout le processus (d'attribution des droits) était juste et bien documenté. La manière dont il a été présenté est tout simplement une honte», a réitéré M. Infantino dans une interview exclusive au magazine allemand Kicker à paraître lundi. Dès le 5 avril, il avait déjà exprimé sa «consternation» après avoir souligné que «rien n'indique qu'un méfait a été commis par l'UEFA ou par moi-même».

Le contrat mis au jour par les «Panama Papers» porte sur la vente des droits télévisés de la Ligue des champions sur le marché équatorien, pour la période 2006-2009. L'un des signataires est l'UEFA, vendeuse des droits en tant qu'instance suprême du foot européen, représentée par Infantino. L'autre signataire est la société offshore Cross Trading, basée à Niue, intermédiaire de la télévision équatorienne Teleamazonas pour l'achat des droits TV des compétitions européennes.

Aucune influence

«Le contrat avait été négocié en détail par l'équipe marketing et examiné par deux services de l'UEFA. Selon la procédure standard, il avait été signé par deux directeurs de l'UEFA. Dans ce cas, je n'étais que l'un des deux directeurs, mais, en fonction de la disponibilité (des uns et des autres), cela aurait pu être deux autres directeurs», a expliqué le nouveau président de la FIFA.

«Si, une fois le contrat conclu, les propriétaires des droits commettent des irrégularités, ni l'UEFA ni moi-même n'avons de l'influence là-dessus», a conclu Infantino assurant qu'il serait lavé de tout soupçon «lorsque tout sera mis sur la table».

Le journal allemand Süddeutsche Zeitung, qui a obtenu les «Panama Papers», affirme que M. Infantino a signé en 2006 et 2007 des contrats portant notamment sur des droits télévisés de la C1 avec des hommes d'affaires aujourd'hui poursuivis par la justice américaine dans le scandale de corruption qui secoue la FIFA.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!