Publié

GenèveInitiative de limitation: l’exécutif dit non

Mercredi, le Conseil d’État genevois a appelé à rejeter l’initiative de limitation, estimant que le canton souffrirait si elle était acceptée.

Le Conseiller d'Etat Mauro Poggia a appelé au bon sens dans la politique de l’emploi.

Le Conseiller d'Etat Mauro Poggia a appelé au bon sens dans la politique de l’emploi.

Keystone

Le Conseil d’État genevois a évoqué, mercredi, toutes les craintes que lui inspirait l’initiative «Pour une immigration modérée (initiative de limitation)». Il a appelé la population à rejeter, le 27 septembre, un texte qui porterait un coup sérieux à la prospérité du canton.

Genève, qui partage une centaine de kilomètres de frontière avec la France, souffrirait particulièrement de la fermeture de celle-ci. La crise sanitaire liée au Covid-19 a donné un aperçu de ce qui peut se produire lorsque le passage entre les deux pays se complique, a indiqué le président du gouvernement Antonio Hodgers.

«Sans cette ouverture, Genève s’asphyxie»

Plusieurs secteurs économiques seraient touchés par une limitation de la main-d’œuvre étrangère. Près de la moitié des employés des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sont des ressortissants de l'Union européenne, a rappelé Antonio Hodgers. Beaucoup habitent en France. «Sans cette ouverture, Genève s’asphyxie».

Le conseiller d’État Mauro Poggia a pris le relais du président de l’exécutif pour développer d’autres arguments. Pourtant, le MCG, son parti, soutient l’initiative. Le magistrat a appelé, pour sa part, au bon sens dans la politique de l’emploi.

Les employeurs doivent garder le réflexe de recourir en priorité aux compétences locales et un accent sur la formation des jeunes du cru doit être mis dans des secteurs d’activité où la demande est forte, comme la santé par exemple, a relevé Mauro Poggia.

Instabilité économique

De son côté, son collègue de l’économie Pierre Maudet a insisté sur l’instabilité économique que produirait une acceptation de l’initiative. La situation est déjà précaire avec la pandémie de Covid-19. Le texte de l’UDC ne ferait que rajouter de l’incertitude à une autre incertitude, a conclu le conseiller d’État.

Le canton de Genève recense 390’000 emplois, alors que sa population active ne compte que 240’000 personnes, a souligné Antonio Hodgers. L’UE représente près de la moitié de ses exportations et une grande part de ses importations.

(ATS/NXP)

Votre opinion