Humeur – Initiative tabac: les opposants craignent l’addiction au boutefas!
Publié

HumeurInitiative tabac: les opposants craignent l’addiction au boutefas!

La campagne contre l’initiative sur la publicité du tabac auprès des jeunes ne manque pas d’imagination. Attention, préviennent-ils, après la cigarette, c’est la publicité pour le saucisson qui sera interdite!

par
Eric Felley
La campagne contre l’initiative qui veut protéger les jeunes du tabac joue sur la peur des interdictions à venir.

La campagne contre l’initiative qui veut protéger les jeunes du tabac joue sur la peur des interdictions à venir.

DR

On veut bien l’admettre, ce n’est pas facile de combattre l’initiative qui veut protéger les jeunes de la publicité du tabac. Trouver un message positif qui valorise le fait de fumer chez les adolescents serait catastrophique. Les opposants jouent donc sur un autre registre, celui de la peur des interdictions à venir pour d’autres produits, dont les effets sur la santé sont suspects: la charcuterie, le vin ou l’alcool: «Aujourd’hui le tabac! Demain le saucisson?» interroge une affiche que l’on voit en Suisse romande. En Suisse allemande, ils ont utilisé le cervelas.

Un lointain rapport avec la choucroute

Dans la version romande, il s’agit plus précisément du célèbre boutefas vaudois. Hasard du calendrier, celui-ci vient d’obtenir son appellation d’origine contrôlée (AOC). Ce fut l’occasion de rappeler que cette recette traditionnelle, où l’intestin du porc de nos campagnes est farci par sa propre viande, était citée en 1634 déjà. Aux dernières nouvelles, personne n’est décédé à la suite de la seule addiction au boutefas, ou au botato comme on dit dans certains villages. Par ailleurs, ce saucisson rondelet ne tue pas 9500 personnes chaque année, mais il en nourrit bien quelques milliers. On ne voit pas le lien avec la cigarette, mis à part, peut-être, un lointain rapport avec la choucroute.

Un complot contre le terroir?

Toutefois, si l’on en croit cette affiche, des hygiénistes malintentionnés fomenteraient un complot fédéral contre le plaisir de manger ou de boire après celui de fumer. Le boutefas serait dans le viseur de diététiciens moralistes et antispécistes. C’est vrai que sa teneur en graisse peut mettre la vie en danger, en particulier chez les jeunes qui prendraient l’habitude d’en manger trop tôt. Le risque d’être accro toute sa vie à cette spécialité du terroir (plutôt qu’au hamburger par exemple), doit vraiment être pris au sérieux!

Votre opinion

69 commentaires