26.08.2020 à 13:52

MusiqueInscrivez-vous, Label Suisse aura bien lieu

La biennale des musiques suisses se déroulera comme prévu à Lausanne du 18 au 20 septembre, avec toutefois une inscription obligatoire pour le public – Covid-19 oblige. Une soixantaine de concerts auront lieu dans sept lieux emblématiques de Lausanne.

par
Laurent Flückiger
De g. à dr.: Phanee de Pool (Les Docks, dimanche 20 septembre à 19 h), The Young Gods (salle Métropole, samedi 19 sept. à 23 h) et Erik Truffaz Quartet (Les Docks, dimanche 20 sept. à 21 h) sont quelques-uns des artistes confirmés à voir à Label Suisse durant le week-end du Jeûne fédéral.

De g. à dr.: Phanee de Pool (Les Docks, dimanche 20 septembre à 19 h), The Young Gods (salle Métropole, samedi 19 sept. à 23 h) et Erik Truffaz Quartet (Les Docks, dimanche 20 sept. à 21 h) sont quelques-uns des artistes confirmés à voir à Label Suisse durant le week-end du Jeûne fédéral.

DR / M. Benkler

Une soixantaine de concerts dans sept lieux emblématiques sur trois jours (du 18 au 20 septembre), c’est la 9e édition de Label Suisse. En cette période de Covid, où la culture est en berne, l’événement aura en effet bien lieu. Toujours gratuit, mais adapté aux règles sanitaires en vigueur. Cela se traduit pour les spectateurs par une inscription préalable sur le site de la manifestation (le système est déjà en ligne). Ils obtiendront ensuite un code QR à présenter à l’entrée et à la sortie de chaque salle.

«La tenue de Label Suisse est un petit miracle, reconnaît Julien Gross, président du festival. Actuellement, c’est génial de pouvoir annoncer 61 concerts. La décision d’organiser l’événement a été prise en mai quand les rassemblements jusqu’à 1000 personnes ont de nouveau été autorisés. Depuis, c’est l’incertitude évidemment. Pour un organisateur, c’est fatigant moralement.»

Une place Centrale obligatoirement repensée

En effet, rien ne dit qu’il ne faudra pas adapter les jauges d’ici là. La place Centrale pourra accueillir un millier de mélomanes au lieu des 4000 à 6000 habituels. Et que ce soit les Docks, le D! Club, la salle Paderewski du Casino de Montbenon, la salle Métropole, le Romandie et l’église Saint-François, ce sont tous des lieux qui fonctionnent déjà. Attention: il faut bien préciser que le code QR permet d’accéder à tous les endroits. «Ce système nous permet une traçabilité mais permet aussi au public d’avoir une liberté de mouvement», explique Julien Gross, qui ajoute: «Pour nous, c’était important d’être là. Pour tous les artistes, mais aussi pour tous les corps de métier qui sont dans une précarité extrême.»

Les 100 ans du theremin

Et qui sont ces artistes? Parmi ceux bien établis, on citera The Young Gods, Erik Truffaz Quartet, The Animen, Phanee de Pool ou Oesch’s die Dritten. Parmi les artistes à suivre, on retiendra notamment L’Eclair, La Colère et Blind Butcher. Côté classique on ne manquera pas un cycle de Beethoven avec le Quatuor Belcea, Cédric Pescia et l’OCL en formation de chambre, tandis qu’Erika Strucky (Grand Prix Suisse de Musique 2020) représentera la Neue Volksmusik avec Traktorkestar, bien connu des fans de Stephan Eicher.

À noter que cette année marque le centenaire du theremin. Coralie Ehinger, spécialiste mondiale de cette fascinante machine, le fera découvrir en concert le samedi 19 octobre à 20 h à l’église Saint-François et lors d’un atelier participatif le dimanche 20 septembre. Un instrument qui se joue sans contact, voilà qui est parfaitement adapté à la situation!

Du 18 au 20 septembre 2020. Gratuit. Tout le programme sur labelsuisse.ch
Label Suisse

Du 18 au 20 septembre 2020. Gratuit. Tout le programme sur labelsuisse.ch

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
4 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Achilles

26.08.2020 à 15:20

Tient les limites imposées jusqu'au 30 septembre par la confédération pour les sportifs ne sont pas applicables pour les artistes. Toujours 2 poids 2 mesures en suisse

Etasseur

26.08.2020 à 14:26

Vu la moyenne d'âge des auditeurs d'option musée qui chapeaute l'événement il aurait été plus sage de renoncer cette année. Ca aurait permis au passage de faire quelques économies ailleurs que sur le personnel