France - Intémpéries à Beauvais: l’adolescent disparu retrouvé mort
Publié

FranceIntémpéries à Beauvais: l’adolescent disparu retrouvé mort

Le corps du jeune de 17 ans recherché depuis que de violents orages s’étaient abattus 48 heures auparavant a été retrouvé, inerte. Il a chuté alors qu’il fuyait les intempéries avec ses copains.

Les rues inondées à Beauvais le 21 juin 2021.

Les rues inondées à Beauvais le 21 juin 2021.

Victor Henri via REUTERS

Le corps de l’adolescent de 17 ans qui était tombé dans la nuit de lundi à mardi à Beauvais dans la rivière Thérain, gonflée par un violent orage, a été découvert mercredi, a annoncé le Parquet.

Le corps a été découvert «à une cinquantaine de mètres du point de chute» du lycéen, selon la procureure Carole Tharot.

Les opérations de recherche menées par des plongeurs avaient repris mercredi matin, après avoir été interrompues mardi vers 19 heures.

Venu sur place mardi, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait dit «craindre le pire» pour leur issue.

Le lycéen aurait chuté «soudainement» dans la rivière, un affluent de l’Oise traversant la ville, sans avoir pu se rendre compte qu’il n’était plus sur la chaussée, en raison du niveau de l’eau, avait expliqué mardi Carole Tharot.

Habitant Hermes, à 5 km de Beauvais, il avait passé lundi matin son oral de baccalauréat et était sorti «manifestement à l’occasion de la Fête de la musique», rejoignant, selon les images de vidéosurveillance, un groupe de jeunes dans un préau en contrebas du Thérain» où «ils avaient les pieds dans l’eau dès 23 heures».

Les images d’une autre caméra proche «montrent, à 23h13, cinq personnes en train de courir, le jeune homme, en avant du groupe, chutant soudainement». Deux jeunes hommes se sont immédiatement mis à l’eau pour tenter de repêcher la victime, en vain.

Mercredi matin, outre les recherches de l’adolescent, les pompiers poursuivaient les opérations de pompage et d’épuisement de locaux inondés, à Beauvais et dans des communes environnantes, comme Saint-Martin-le-Nœud, tandis que la décrue s’amorçait.

(AFPE)

Votre opinion