Législatives en France: Intenses négociations à gauche mais encore des atermoiements
Publié

Législatives en FranceIntenses négociations à gauche mais encore des atermoiements

Un accord entre La France insoumise, PS et EELV en vue des législatives semblait se dessiner vendredi, mais la course d’obstacles n’est pas terminée, notamment avec les socialistes qui ont suspendu leurs échanges.

Jean-Luc Mélenchon se verrait bien Premier ministre de cohabitation.

Jean-Luc Mélenchon se verrait bien Premier ministre de cohabitation.

AFP

Forte des 22% des voix de son candidat Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, La France insoumise a lancé des discussions bilatérales notamment avec EELV, le PCF et le Parti socialiste, afin de trouver un accord aux législatives et se donner une chance d’envoyer le tribun Insoumis à Matignon.

La direction du PS a fait un pas en avant vendredi matin, en souscrivant dans les grandes lignes aux «marqueurs» du programme insoumis: augmentation du Smic à 1400 euros nets par mois, retraite à 60 ans, planification écologique, abrogation de la loi El Khomri (réformant le Code du travail), VIe République, par exemple. Ils avancent également, mais avec des «divergences», sur la question de la «désobéissance aux traités européens» que souhaite LFI alors qu’eux, soulignent-ils, refusent de «mettre en danger la construction européenne».

Mais les socialistes, dont la candidate Anne Hidalgo a obtenu 1,74% des voix à la présidentielle, assument que «la mise en œuvre du programme que nous construisons conduira nécessairement à (…) ne pas respecter certaines règles», évoquant notamment leur refus d’un «retour du pacte de stabilité». Parmi les points qui restent sensibles, le PS liste «la défense de la République laïque et universaliste» et «la nécessité d’un soutien plein et entier à la nation ukrainienne», face à la position «non-alignée» sur les États-Unis de LFI.

Les discussions ont repris dans la matinée au siège de LFI. À la mi-journée, le négociateur du PS Pierre Jouvet a indiqué: «qu’il y avait «encore un certain nombre de désaccords. Nous allons encore en parler dans la journée, mais pour l’instant, nous avançons». Mais peu après, la délégation a suspendu les négociations, intimant à LFI de «rompre avec toute logique hégémonique et accepter la pluralité».

Rapprochement historique

Certains ténors socialistes, ainsi que le courant minoritaire du parti refusent ce rapprochement historique avec le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, décidé la semaine dernière lors d’un Conseil national du PS.

Citant Pierre Mendès-France, la présidente de la région Occitanie Carole Delga, notoirement en conflit avec LFI, a tweeté: «La morale en politique interdit que stratégie et convictions divergent, fût-ce pour des motifs d’opportunité transitoire». L’ex-président François Hollande avait déjà mis en garde jeudi contre une «disparition» du PS en cas d’accord.

Dans une tribune, huit maires socialistes de grandes villes, dont Johanna Rolland à Nantes et Nathalie Appéré à Rennes, ont fait part de leur soutien au rassemblement, mais en réaffirmant leur «attachement profond à l’idée et à la construction européennes».

En déplacement dans les Hautes-Pyrénées Emmanuel Macron a ironisé sur ce rapprochement entre LFI et PS: «La question pour ou contre l’Europe ce n’est pas rien. La carpe ce n’est pas le lapin».

«Constructif»

Du côté des écologistes, où les négociations avec LFI s’étaient tendues depuis deux jours, les discussions ont repris vendredi après-midi. «Chaque négociation obéit à un rythme vu et revu, d’abord l’enthousiasme des débuts, puis les blocages», puis le retour à la table, a relativisé le chef d’EELV Julien Bayou. Après une pause, sa délégation est revenue en fin d’après-midi. M. Bayou a évoqué des avancées sur l’Europe. «C’était très constructif», a-t-il dit, jugeant «important de pouvoir réorienter l’Europe, mais certainement pas en sortir». Sur la répartition des circonscriptions, «on commence à travailler sur comment mettre la meilleure personne au meilleur endroit».

Les discussions «avancent», a confirmé LFI vendredi soir.

Mais pour le Mouvement des Progressistes, membre du Pôle écologiste, «négocier avec la FI constitue une trahison intolérable d’apparatchiks et de vibrions irresponsables». Julien Bayou avait formulé mercredi de sévères critiques sur la question du «label commun», qui ne peut pas être selon lui uniquement celui de LFI, «l’Union populaire», et le nombre trop faible de circonscriptions réservées aux écologistes. Un élu EELV résume à l’AFP: «99,9% des militants d’EELV souhaitent un accord. On fait confiance à Julien Bayou pour y arriver».

Les communistes et le NPA, pour qui subsistent des points de contentieux, se sont également rendus au siège de LFI vendredi.

Fabien Roussel a annoncé pour sa part qu’il serait candidat à sa réélection dans sa circonscription du Nord, plaidant de nouveau pour le rassemblement.

(AFP)

Votre opinion

5 commentaires