Syrie: Intenses raids sur des fiefs rebelles

Publié

SyrieIntenses raids sur des fiefs rebelles

Malgré ses attaques, le régime n'a pas réussi à reprendre le terrain perdu il y a près de deux semaines.

1 / 118
Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

AFP
Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

AFP
Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

AFP

Les avions du régime et de son allié russe bombardaient jeudi les fiefs des rebelles dans le nord syrien pour empêcher l'envoi de renforts vers le sud d'Alep, théâtre d'une bataille cruciale depuis plus de deux semaines, selon une ONG.

Le régime peine à reprendre du terrain

Mais en dépit des attaques et contre-attaques, les adversaires font du surplace dans cette zone. Le régime n'a pas réussi à reprendre ce qu'il a perdu il y a près de deux semaines et les rebelles n'ont pas concrétisé leur appel solennel à lancer l'assaut pour s'emparer de toute la ville divisée depuis 2012.

Le 31 juillet, les rebelles et leur allié djihadiste, du Front Fateh al-Cham (ex-Al-Nosra) ont lancé une offensive d'envergure qui leur a permis de briser le siège imposé par les troupes de Bachar el-Assad à leurs quartiers à l'est d'Alep.

En fait, chaque camp essaie d'assiéger l'autre pour l'asphyxier sans succès pour le moment; les rebelles ont réussi à s'ouvrir une voie d'accès au sud par le quartier de Ramoussa et le régime par le nord.

Des dizaines de raids chaque jour

«Les avions du régime et russes mènent des dizaines de raids chaque jour sur la province d'Idleb et l'ouest de la province voisine d'Alep pour empêcher l'envoi de renforts vers les positions rebelles au sud d'Alep», a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Mercredi, 25 personnes -15 civils et 10 rebelles- ont péri dans ces frappes sur la ville d'Idleb et jeudi, les raids se poursuivaient sur ce chef-lieu ainsi qu'ailleurs dans la province.

Idleb est dominée par l'Armée de la conquête, une alliance de rebelles et Front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra qui a dit renoncer à son allégeance à Al-Qaïda).

C'est cette même alliance qui a annoncé vouloir lancer la bataille pour tenter de capturer l'ensemble d'Alep, où les quartiers ouest sont aux mains du régime et les quartiers sont contrôlés par les rebelles.

«Les forces du régimes sont épuisées»

«Les rebelles ont mis toutes leurs forces dans les combats et les forces du régime sont épuisées», a dit M. Abdel Rahmane.

D'après lui, malgré l'atout que représente l'armée de l'air pour le régime et l'appui aérien russe, les raids «ne semblent pas très efficaces car les combats sont très rapprochés. Le régime n'arrive pas à reprendre des positions aux rebelles».

Capturer par l'un ou l'autre adversaire l'ensemble d'Alep est jugé improbable par les experts pour qui la bataille se transformera en une guerre d'usure.

Les raids se poursuivent

Jeudi, les raids du régime se poursuivaient sur les quartiers est de la ville où 146 civils dont 22 enfants ont péri dans les frappes depuis le 31 juillet.

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'intervention étrangère et la montée en puissance de djihadistes . La guerre a fait plus de 290.000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

Premiers raids du régime sur des positions kurdes en Syrie

Par ailleurs, les avions du régime syrien ont frappé jeudi, pour la première fois depuis le début du conflit, des secteurs tenus par les forces kurdes en Syrie, avec six positions visées à Hassaké, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Un journaliste collaborant avec l'AFP a vu des avions syriens bombarder des positions à Hassaké (nord-est), où depuis mercredi de violents combats opposent des forces prorégime à la police locale kurde (Assayech) après des accusations mutuelles d'arrestations. La cité est au deux-tiers contrôlée par les forces kurdes et le reste par le régime, ce qui crée des tensions récurrentes.

Il s'agit des affrontements les plus sérieux entre les deux camps, qui ont souvent été alliés face aux rebelles luttant contre Bachar al Assad.

(AFP)

Ton opinion