Yverdon (VD): Intercepté ivre au volant d’un chariot élévateur
Publié

Yverdon (VD)Intercepté ivre au volant d’un chariot élévateur

Un Suisse de 54 ans a dérobé l’engin dans une entreprise puis s’est engagé sur la route sans plaque ni feux ni permis, avant de tomber sur la police.

L’homme a été intercepté le 5 mars dernier au soir.

L’homme a été intercepté le 5 mars dernier au soir.

Police cantonale vaudoise

Vendredi 5 mars dernier, à 20 h 50, une patrouille mixte composée d’un agent de la Police Nord Vaudois et d’un gendarme, effectuait un contrôle circulation à Yverdon. Contrôle de routine qui a débouché sur une interpellation pour le moins inhabituelle.

La patrouille a en effet intercepté un usager de la route qui circulait aux commandes d’un chariot élévateur à contrepoids qu’il avait précédemment dérobé dans une entreprise. «L’engin possédait un éclairage non adapté à une circulation sur la route, n’était pas immatriculé et le conducteur se trouvait visiblement sous l’influence de l’alcool», communique la police cantonale vaudoise.

Ce Suisse de 54 ans, habitant la région, a été conduit dans les locaux de la police Nord Vaudois où un contrôle d’alcoolémie a été effectué. Le taux mesuré était de 0,66 mg/l (1,32 pour mille). De plus, le conducteur n’avait pas les qualifications requises pour piloter ce genre d’engin et ne possédait aucun permis de conduire. Il sera dénoncé au Ministère public.

Rappel des règles

La police cantonale en profite pour rappeler que les personnes pilotant un chariot élévateur doivent être au bénéfice d’une formation débouchant sur une attestation. De plus, pour circuler sur la voie publique, le conducteur doit être au bénéfice d’un permis de conduire catégorie F (véhicules automobiles dont la vitesse maximale n’excède pas 45 km/h, à l’exception des motocycles) ou G pour des courses à caractère agricole. Les chariots élévateurs doivent être munis d’une plaque verte pour les trajets agricoles, d’une plaque bleue pour les trajets industriels et munis d’une autorisation pour le trafic interne à l’entreprise.

(M.P./comm)

Votre opinion

17 commentaires