Allemagne: Interdiction d'un poème anti-Erdogan confirmée
Publié

AllemagneInterdiction d'un poème anti-Erdogan confirmée

L'humoriste qui avait lancé le texte l'origine d'une crise diplomatique germano-turque ne pourra répéter de larges passages en public.

Erdogan et l'humoriste Jan Böhmermann, qui l'avait traité de pédophile et de zoophile.

Erdogan et l'humoriste Jan Böhmermann, qui l'avait traité de pédophile et de zoophile.

Un tribunal de Hambourg a confirmé vendredi l'interdiction faite à un humoriste allemand de répéter en public de larges passages d'un poème satirique insultant le président turc Recep Tayyip Erdogan. Le texte a été à l'origine d'une crise diplomatique germano-turque.

La justice allemande, saisie en référé, avait censuré en mai une grande partie d'un «poème» de Jan Böhmermann diffusé en mars sur la chaîne publique ZDFneo. Le texte traitait M. Erdogan de pédophile et de zoophile. Sur les 24 vers de ce poème, qui avait provoqué l'ire du chef de l'Etat turc et l'intervention de la chancelière Angela Merkel, seuls six subsistent.

«Même s'il est évident pour le spectateur que la description faite de la vie sexuelle du plaignant est absurde, cela ne signifie pas pour autant que la personne concernée doit supporter des injures et des insultes», a jugé le tribunal. Il a estimé qu'en l'occurrence les droits de la personne primaient sur la liberté artistique. La justice allemande avait renoncé en octobre à poursuivre au pénal l'humoriste, alors que le président turc exigeait des poursuites.

Exagération et insulte voulues

Jan Böhmermann avait expliqué à l'époque avoir à dessein choisi l'exagération et l'insulte pour démontrer ce qu'est vraiment la diffamation et souligner par l'absurde que les critiques politiques adressées par les détracteurs de M. Erdogan en Turquie notamment, qui leur valent parfois des poursuites, n'en sont pas.

Cette affaire a été l'une des nombreuses sources de tension entre Berlin et Ankara en 2016. La Turquie a notamment dénoncé un vote des députés allemands qualifiant de génocide les massacres d'Arméniens par l'empire Ottoman au début du 20e siècle, et rejeté les critiques de Berlin sur la répression de l'opposition turque.

(ats)

Votre opinion