Etats-Unis: Interdire aux serveuses de café d’être en bikini est «sexiste»

Publié

États-UnisInterdire aux serveuses de café d’être en bikini est «sexiste»

Une ville exigeait que les employés de restauration rapide portent des vêtements couvrant le haut et le bas. C’est anticonstitutionnel, puisque seules les femmes sont visées.

par
Michel Pralong
Bikinis et tenues légères sont de mise dans ces bars à café sexy.

Bikinis et tenues légères sont de mise dans ces bars à café sexy.

Hillbilly Espresso

Aux États-Unis, on les appelle les bikinis baristas. Il s’agit de serveuses en tenue très légère qui servent cafés et autres snacks dans des drive-in ou de petites boutiques. Il y a des chaînes à travers tout le pays, avec toutes pour idée de base: quoi de mieux que de recevoir son espresso des mains d’une fille sexy!

Mais à Everett, ville de l’État de Washington sur la côte ouest des États-Unis, on ne goûtait guère ce genre de spectacle. En 2017, la Municipalité a promulgué une ordonnance exigeant que tout employé d’enseignes de service rapide porte des vêtements couvrant le haut et le bas de corps. Cela incluait stands de café, restauration rapide, épiceries fines ou food trucks.

Le propriétaire d’Hillbilly Espresso, employant des bikinis baristas, ainsi que plusieurs de ces dernières, ont déposé un recours contre cette ordonnance, la jugeant anticonstitutionnelle. Le tribunal de district de Seattle vient de rendre une première décision leur donnant raison, comme l’explique ABC. Empêcher des femmes de servir en petite tenue est en effet «sexiste», selon le jugement. Alors que l’on aurait pu penser que c’était le contraire.

«J’ai le droit de porter ce que je veux»

Le raisonnement des juges est pourtant simple: l’ordonnance a un but qui est sexuellement discriminatoire. Sur 19 pages, le tribunal explique qu’il est difficile d’imaginer comment, dans la pratique, elle pourrait être appliquée tant aux hommes qu’aux femmes. Les vêtements qui y sont interdits sont en effet «généralement portés par les femmes plutôt que les hommes». Il est donc clair pour les juges que cette ordonnance visait clairement les bikinis baristas dont les employées sont quasi exclusivement des femmes. Le tribunal a ordonné aux autorités de la ville de rencontrer les plaignants dans les deux semaines pour se mettre d’accord.

«Des millions de femmes se sont battues pour nos droits et notre droit de vote et c’est mon droit de porter ce que je veux. C’est mon droit en tant que personne», avait écrit l’une des plaignantes, explique le «Daily Mail».

Ton opinion

4 commentaires