Publié

Chine«Interdit aux Japonais, Philippins, Vietnamiens et aux chiens»

Un écriteau d'un restaurant de Pékin interdisant les clients de pays asiatiques avec lesquels la Chine est en conflit territorial, ainsi que les chiens, a provoqué un torrent de protestations au Vietnam et aux Philippines.

Le "Beijing Snacks", près de la cité interdite de la capitale, a affiché un panneau sur lequel on peut lire: "Cet établissement ne sert pas les Japonais, les Philippins, les Vietnamiens et les chiens".

La toile s'est chargée d'en diffuser des photos sur les forums vietnamiens ainsi qu'aux Philippines.

Le quotidien d'Etat vietnamien Tuoi Tre a ainsi évoqué une "furie en ligne", dénonçant un autre exemple de l'extrême nationalisme (chinois) qui mérite d'être condamné".

"Ce n'est pas du patriotisme, c'est de l'extrémisme stupide", a estimé Sy Van dans un commentaire. "Cela apprend la haîne à la jeune génération", a écrit pour sa part en vietnamien Andrea Wanderer sur sa page Facebook, un autre internaute jugeant que le restaurateur avait subi un "lavage de cerveau du gouvernement" chinois.

Aux Philippines, l'écriteau a été accueilli avec un mélange de colère de d'humour. "Racisme flagrant dans un restaurant de Pékin" a notamment dénoncé la journaliste Veronica Pedrosa sur son compte Twitter.

Hanoï et Manille se disputent avec Pékin des archipels de mer de Chine méridionale. La Chine et le Japon se querellent par ailleurs sur des îles en mer de Chine orientale.

Le Département d'Etat philippin a tenté de désamorcer la polémique en évoquant une "opinion privée", ce que le propriétaire de l'établissement a d'ailleurs confirmé en constatant qu'"aucun responsable" chinois ne l'avait contacté pour enlever l'écriteau.

Le texte est d'autant plus polémique qu'il est censé renvoyer à l'époque où l'empire britannique contrôlait certaines parties du territoire, et où des établissements précisaient que les Chinois n'y étaient pas les bienvenus.

La propagande chinoise avait popularisé un panneau sur lequel il était écrit "Interdit aux chiens et aux Chinois" et qui aurait été affiché dans un parc de Shanghai. Certains historiens affirment qu'il n'a jamais existé.

(AFP)

Votre opinion