23.06.2016 à 12:37

Immigration clandestineInterpol recherche 123 suspects dans le monde

L'opération «Hydra» a déjà permis l'arrestation de 26 personnes et la localisation de 31 autres.

Interpol cible particulièrement 11 personnes, des «malfaiteurs recherchés au niveau international».

Interpol cible particulièrement 11 personnes, des «malfaiteurs recherchés au niveau international».

Keystone

123 suspects sont recherchés à travers le monde dans le cadre d'une vaste opération de lutte contre les réseaux d'immigration clandestine menée par Interpol, a annoncé jeudi l'organisation internationale de coopération policière, basée à Lyon (France).

Ciblant un total de 180 suspects, l'opération «Hydra» qui implique 44 pays mais aussi l'organisation Europol, a déjà permis l'arrestation de 26 personnes et la localisation de 31 autres, a précisé Interpol dans un communiqué.

Parmi les membres de ces réseaux toujours recherchés, 11 font l'objet d'une publicité particulière de la part d'Interpol qui lance un appel à témoins pour permettre leur arrestation. «Ce sont des gens particulièrement difficiles à localiser», a commenté une porte-parole d'Interpol.

Ressortissant malaisien recherché par l'Espagne, Bosnien pisté par la Croatie, Azerbaïdjanais, Modalve, Bulgare, Slovène, Afghan, Irakien, Vietnamien, Pakistanais, Erythréen: ces 11 personnes sont des «malfaiteurs recherchés au niveau international», souligne Interpol.

Annoncée en octobre

L'organisation internationale de coopération policière, basée à Lyon, avait annoncé en octobre le lancement de cette opération «Hydra», destinée à favoriser l'échange d'informations sur la localisation des filières de passeurs et à améliorer le travail en réseau des enquêteurs.

Comme à son habitude, Interpol avait livré peu de détails sur les modalités de cette opération: calendrier ou moyens.

Construite sur le modèle de précédentes opérations qui ont visé des fugitifs, suspectés de meurtre, pédophilie, viols ou trafic de drogue, «Hydra» a notamment mobilisé 28 officiers de police spécialisés dans la lutte contre l'immigration clandestine, de 24 nationalités différentes, au siège d'Interpol durant sa «phase opérationnelle» du 9 au 13 mai.

«Les réseaux criminels impliqués ne se préoccupent pas de la sécurité ou du bien-être des gens usant de leurs services illégaux, qui ne sont juste pour eux qu'un autre moyen de faire des affaires, avec comme nous l'avons vu des résultats tragiques à travers le monde», relève Michael O'Connell, directeur de l'unité de soutien opérationnel d'Interpol, dans le communiqué.

«L'opération Hydra est destinée à démanteler ces réseaux, à les empêcher de profiter de la détresse des gens et à les amener devant la justice et nous voudrions encourager quiconque disposant d'informations à se manifester», ajoute-t-il.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!