Karin Keller-Sutter: Intervenir dans la vie privée pour mieux protéger les femmes
Publié

Karin Keller-SutterIntervenir dans la vie privée pour mieux protéger les femmes

La conseillère fédérale chargée de la Justice a annoncé une initiative pour remédier aux lacunes cantonales et fédérales en matière de protection des femmes victimes de violences. Elle est même prête à agir dans la vie privée des couples.

La conseillère fédérale chargée de la Justice Karine Keller-Sutter.

La conseillère fédérale chargée de la Justice Karine Keller-Sutter.

Alessandro della Valle/EJPD

En 2020, au moins quinze femmes ont été tuées par un homme en Suisse, selon une liste actualisée publiée par le site StopFemizid.ch. Et en 2019, la police a enregistré 19’700 actes de violence domestique. Comme Karin Keller-Sutter le raconte à la «NZZ am Sonntag», ce grave sujet la préoccupe depuis qu’elle est membre du gouvernement de Saint-Gall. D’où son initiative nationale: «Je veux une feuille de route contre la violence à l’égard des femmes qui montre où la Confédération et les cantons ont un potentiel d’amélioration», a-t-elle déclaré dans un entretien avec le journal dominical.

Au printemps devrait avoir lieu une réunion avec des représentants de la Confédération, des cantons et des organisations privées, lors de laquelle les experts récolteront «toutes les mesures» nécessaires pour une protection plus efficace des victimes.

«Toutes les mesures»

Pour mieux protéger les femmes, la conseillère fédérale se dit aussi prête en principe à intervenir davantage dans la vie privée des couples. «Pourquoi l’État devrait-il intervenir lorsqu’il y a des agressions sur le trottoir, mais pas lorsque la même chose se produit dans la maison?» lance-t-elle.

Et la Saint-Galloise de rappeler encore l’époque où les femmes en Suisse avaient en général moins à dire que les hommes et n’avaient pas le droit de vote: «Que ma mère, qui travaillait à plein temps dans l’entreprise familiale, n’avait pratiquement aucun droit – j’ai encore du mal à le croire aujourd’hui.»

La «NZZ am Sonntag» lance d’ailleurs une série sur l’avenir de la politique du genre à l’occasion du 50e anniversaire du droit de vote des femmes.

(Ewe)

Votre opinion