16.07.2018 à 08:52

Invasion du terrain: c’étaient les «Pussy Riot»

Football

Le groupe féministe a profité de la finale du Mondial - et de la présence en tribune de Vladimir Poutine - pour se manifester.

par
E.F.
Cette activiste de «Pussy Riot» a été évacuée sans ménagements par la sécurité.

Cette activiste de «Pussy Riot» a été évacuée sans ménagements par la sécurité.

Keystone

On l’a furtivement vu à la télé avant que le réalisateur du match de la finale de la Coupe du monde France - Croatie (4-2) nous propose des plans plus bucoliques: à la 52e minute, le match a été perturbé par l’intrusion de quatre personnes (trois femmes et un homme) sur la pelouse.

Même si l’une d’entre elles a eu le temps de réaliser un «High Five» avec Kylian Mbappé, les intrus ont rapidement été rattrapés par les préposés à la sécurité, aidés par quelques joueurs.

L’action porte la signature des «Pussy Riot», un groupe de féministes qui se bat notamment pour la libération des prisonniers politiques et l’atteinte aux droits de l’homme en Russie.

Les «Pussy Riot» ont publié un communiqué sur leur compte Twitter afin de de revendiquer leur invasion de terrain.

Le groupe réclame notamment la libération du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, qui a été condamné à 20 ans de camp pour «terrorisme» et «trafic d’armes».

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!