Actualisé 14.07.2020 à 12:28

France

Invité par Paris, Alain Berset appelle à dépasser les frontières

Emmanuel Macron a invité le conseiller fédéral Alain Berset à la cérémonie officielle du 14 juillet pour remercier la Suisse d’avoir accueilli 52 patients malades du coronavirus ce printemps.

Le président français Emmanuel Macron a invité les ministres de la santé de la Suisse, de l’Allemagne, de l’Autriche et du Luxembourg pour l’aide que ces pays ont apportée aux malades français atteints par le Covid-19.

Le président français Emmanuel Macron a invité les ministres de la santé de la Suisse, de l’Allemagne, de l’Autriche et du Luxembourg pour l’aide que ces pays ont apportée aux malades français atteints par le Covid-19.

KEYSTONE/EPA/LUDOVIC MARIN

Le conseiller fédéral Alain Berset a appelé mardi à aller au-delà des frontières pour renforcer la lutte contre le coronavirus. Il était l’invité du président français Emmanuel Macron à la cérémonie officielle du 14 juillet.

M. Macron a remercié la Suisse pour avoir accueilli 52 patients français. «Cette invitation était une forme de reconnaissance et de remerciement de la part de la France», a affirmé M. Berset lors d’une conférence de presse à l’ambassade.

Solidarité dans les faits

Les patients français ont été accueillis dans les hôpitaux de 15 cantons. L’épidémie avait frappé avec force le sud de l’Alsace. «Ce sont les cantons qui ont fait cet effort», a-t-il rappelé.

Au cours de la cérémonie, le ministre a eu l’occasion de dialoguer à deux reprises avec le président français. «Il a remercié expressément à chaque fois la Suisse pour l’engagement et la solidarité montrée à l’égard de la France dans cette période difficile».

Première fédérale

Le conseiller fédéral était invité avec les ministres de la Santé allemand, autrichien et luxembourgeois. Ces trois pays avaient aussi accueilli des malades français.

«Nous avons beaucoup appris ensemble», a assuré M. Berset. «La solidarité s’est traduite dans les faits. Ce n’était pas juste dans les mots», a-t-il ajouté. «Je pars de l’idée que cela peut aller dans un sens, mais aussi dans un autre en cas de nécessité «.

M. Berset a été le premier conseiller fédéral à assister au défilé militaire du 14 juillet à Paris. En raison de l’épidémie de coronavirus, il ne s’est pas déroulé sur les Champs-Elysées, mais sur la place de la Concorde. Le ministre a ainsi pu voir défiler un détachement de quatre soldats suisses avec le drapeau de la Confédération. Les quatre pays invités ont eu droit à cet honneur.

Le rôle des cantons

Après le défilé, le conseiller fédéral s’est rendu au Ministère de la santé à l’invitation de son homologue français Olivier Véran. Il y a partagé un repas de travail avec les ministres des trois autres pays invités.

«Le virus ne s’est pas arrêté aux frontières. Et nous non plus», a-t-il affirmé lors d’une courte déclaration. «Nous avons été en mesure de les dépasser.» Il a estimé que cette rencontre à Paris «consolidait les collaborations de ces derniers mois». Il a appelé à améliorer «sans cesse ce processus». Selon lui, l’épidémie du coronavirus a démontré qu’il «n’y avait pas d’alternative au multilatéralisme et à la coopération internationale".

Face à la presse, le conseiller fédéral s’est dit convaincu qu’une seconde vague «aurait un autre visage que la première». «Je crois que si on maîtrise bien la situation, on ne devrait pas revivre la même situation de mars où l’on ne savait pas ce qui arrivait.»

Avant la cérémonie, M. Berset a saisi l’occasion pour dialoguer avec d’autres membres du nouveau gouvernement français. Il a ainsi échangé quelques mots avec le ministre des Finances, Bruno Le Maire, ou Roselyne Bachelot, en charge de la Culture. Il a aussi dialogué avec la maire de Paris Anne Hidalgo, réélue fin juin.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!