Suisse – Biélorussie: Isabelle Moret a rencontré l’opposante Tikhanovskaïa

Publié

Suisse – BiélorussieIsabelle Moret a rencontré l’opposante Tikhanovskaïa

La Vaudoise, présidente du National, a pu discuter avec l’opposante bélarusse à Vilnius, en marge d’une visite d’une délégation parlementaire dans les pays baltes.

Cette rencontre informelle a eu lieu lundi à Vilnius, en marge d'une visite d'une délégation parlementaire en Lituanie, en Lettonie et en Estonie.

Cette rencontre informelle a eu lieu lundi à Vilnius, en marge d'une visite d'une délégation parlementaire en Lituanie, en Lettonie et en Estonie.

Services du Parlement

La présidente du Conseil national Isabelle Moret (PLR/VD) a rencontré lundi l’opposante bélarusse Svetlana Tikhanovskaïa. Cette rencontre informelle a eu lieu lundi à Vilnius, en marge d’une visite d’une délégation parlementaire en Lituanie, en Lettonie et en Estonie.

«La délégation suisse appelle les autorités bélarusses à respecter les droits de l’homme, en interdisant notamment la torture, mais en respectant aussi la liberté de réunion et d’association», a déclaré Isabelle Moret, à l’issue de cette rencontre.

La délégation lance aussi un appel à organiser des élections présidentielles en Biélorussie. Un débat démocratique ouvert et respectueux doit être garanti. Il s’agit également de laisser les médias, y compris étrangers, faire leur travail librement. Enfin, l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) doit pouvoir observer ces élections.

Oui à la proposition de l’OSCE

La délégation, notamment composée de tous les principaux partis suisses, soutient la proposition de l’OSCE de faciliter les discussions entre gouvernement et opposants. La Suisse a par ailleurs aligné le 12 octobre son régime de sanctions envers la Biélorussie, en cohérence avec celui de l’Union européenne, relève Isabelle Moret.

La délégation suisse se rend sur la Baltique pour se renseigner sur les mesures prises face au coronavirus et à la crise économie causée par la pandémie. Elle veut aussi aborder avec les autorités des pays baltes la question de la réponse de l’UE à la crise. Les entretiens porteront aussi sur la politique de sécurité et de l’énergie et sur l’e-governance en Estonie. Le voyage dure jusqu’au 23 octobre.

(ATS/NXP)

Ton opinion