Publié

TennisIsner et Djokovic créent la polémique sur les réseaux

Le No 1 mondial a posé avec une bouteille d’alcool à effigie d’un général de guerre serbe très controversé et l’Américain s’insurge contre le port du masque en NFL.

par
Sport-Center
John Isner, ici lors de la Laver Cup 2019 à Genève, est un libéral convaincu et un immense fan de NFL; deux sujets qu’il aborde souvent sur Twitter. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

John Isner, ici lors de la Laver Cup 2019 à Genève, est un libéral convaincu et un immense fan de NFL; deux sujets qu’il aborde souvent sur Twitter. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

KEYSTONE

Si John Isner et Novak Djokovic cherchent une bonne résolution pour la nouvelle année, ils peuvent envisager de prendre un peu leurs distances avec la politique. Les deux hommes ont en effet lancé une polémique juste après Noël, le premier en postant un commentaire anti-masque sur son compte Twitter et le second en apparaissant sur une photo qui le voit présenter fièrement une bouteille d’alcool à l’effigie du fondateur des Tchetniks Dragoljub «Draza» Mihailovic.

Résistant face aux troupes nazies, ministre de guerre du gouvernement en exil de Pierre II, Mihailovic fut exécuté en 1946 par le gouvernement de Tito pour «crimes de guerre» suite à procès ultra-politisé. Réhabilité en 2015 par la Haute Cour de Belgrade, son rôle lors du deuxième conflit mondial continue de diviser la population des Balkans. Et s’il fait figure de héros aux yeux des nationalistes serbes, Draza Mihailovic est considéré comme un génocidaire par une majorité de personnes en Croatie, Bosnie Herzégovine et Albanie.

Pourquoi Novak Djokovic se laisse-t-il prendre en photo avec une figure aussi controversée alors même qu’il a multiplié les efforts ces derniers mois (Adria Tour, aide aux joueurs des Balkans) pour bâtir des ponts entre les communautés de sa région? Difficile de trouver une réponse tant ce genre de photos ne peut lui apporter que de la mauvaise publicité.

John Isner, lui, assume totalement de diviser autour de ses prises de position. Le géant de Greensboro est un fan absolu des Carolina Panthers et un Républicain convaincu. Alors quand il regarde la NFL et constate que les coaches sont masqués au bord du terrain, ça l’énerve. «Obliger les coaches de NFL à porter un masque n’est que de la pure cosmétique. Cela ne fait aucun sens.» Fortement secoué par une partie de ses suiveurs, l’homme qui a gagné le plus long match de l’histoire du tennis (11 h 05 contre Mahut à Wimbledon 2010) ne s’est pas privé de détailler son propos. «Ils sont testés au quotidien et le match se déroule en extérieur. C’est de la propagande.»

Imposé sur les bancs de football lors de la reprise en juin, le port du masque semblait aussi servir à montrer l’exemple. La mesure a été depuis abandonnée dans la plupart des pays d’Europe. Faut-il pour autant s’y opposer et dénoncer une «propagande» lorsqu’on possède 280’000 abonnés et que son pays lutte contre une deuxième vague meurtrière? John Isner aura le temps d’y réfléchir lors de ses deux semaines de quarantaine en arrivant à Melbourne.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!