Proche-Orient - Israël approuve un cessez-le-feu avec le Hamas
Publié

Proche-OrientIsraël approuve un cessez-le-feu avec le Hamas

Alors que les appels au calme et à une trêve se sont multipliés, un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas a été annoncé ce jeudi soir. Le conflit a fait près de 250 morts.

Les bombardements israéliens ont fait 232 morts dans l’enclave palestinienne de Gaza.

Les bombardements israéliens ont fait 232 morts dans l’enclave palestinienne de Gaza.

AFP

Israël et le Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, ont chacun annoncé, jeudi soir, avoir approuvé un accord de cessez-le-feu visant à mettre fin à plus de dix jours d’affrontements meurtriers.

«Le cabinet de sécurité a accepté à l’unanimité la recommandation de l’ensemble des responsables sécuritaires d’accepter l’initiative égyptienne de cessez-le-feu bilatéral sans conditions», ont indiqué les autorités israéliennes. Dans la bande de Gaza, le Hamas et le Djihad islamique, second groupe islamiste armé de l’enclave, ont confirmé l’entrée en vigueur de cette trêve dès 2h locales vendredi (jeudi à minuit en Suisse).

Nombreuses roquettes tirées

Cette annonce intervient après plus de dix jours d’affrontements sanglants entre Israël et ces groupes, en premier lieu le Hamas, qui avait lancé les hostilités le 10 mai, en tirant des salves de roquettes vers Israël en solidarité avec les centaines de Palestiniens blessés lors d’affrontements avec la police israélienne sur l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, le troisième lieu saint de l’islam.

Après ces premiers tirs de roquettes, Israël avait lancé une opération militaire visant à «réduire» les capacités militaires du Hamas, en multipliant les frappes aériennes contre ce microterritoire de deux millions d’habitants sous blocus israélien.

De leur côté, le Hamas et le Djihad ont lancé plus de 4300 roquettes vers Israël, des tirs d’une intensité inégalée contre l’État hébreu, qui dispose d’un bouclier antimissile ayant permis d’intercepter 90% de ces projectiles.

Plus de 230 Palestiniens et douze Israéliens tués

Les affrontements ont fait plus de 230 morts côté palestinien, dont une soixantaine d’enfants et de nombreux combattants du Hamas et du Djihad islamique, et douze morts en Israël, dont un enfant de 6 ans, une adolescente de 16 ans et un soldat.

Quelques heures avant l’annonce de ce cessez-le-feu, les frappes israéliennes s’étaient intensifiées, faisant monter des nuages de fumée et de débris dans le ciel, tandis que des ambulances filaient à travers l’enclave palestinienne, selon des journalistes de l’AFP. En fin d’après-midi, un nouveau barrage de roquettes avait visé le sud d’Israël, poussant des habitants à se réfugier dans des abris antibombes.

Nombreux appels au cessez-le-feu

Jeudi, avant l’annonce de la trêve, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait estimé que la poursuite des tirs israéliens et palestiniens était «inacceptable» et appelé à ce que les affrontements cessent «immédiatement».

Après l’appel du président américain Joe Biden pour une «désescalade» immédiate et le refus de Washington de soutenir une résolution de la France à l’ONU, l’Allemagne était entrée en scène jeudi. Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, s’est rendu en Israël, où il a visité des sites touchés. Il a soutenu que les frappes israéliennes sur Gaza relevaient du «droit à l’autodéfense», tout en appelant à une cessation rapide des hostilités.

La chancelière allemande Angela Merkel avait plaidé pour un «cessez-le-feu rapide» lors d’un entretien téléphonique avec le président palestinien Mahmoud Abbas. Mais l’Autorité palestinienne, qu’il dirige depuis la Cisjordanie, a peu d’influence dans la bande de Gaza, microterritoire sous blocus israélien et sous contrôle des islamistes du Hamas depuis 2007.

«Rien de définitif»

«Nous nous attendons à un retour au calme dans les prochaines heures ou vendredi, mais cela dépend de l’arrêt de l’agression des forces d’occupation à Gaza et à Jérusalem», avait affirmé, en cours de journée, un haut responsable du Hamas. «Mais il n’y a rien de définitif pour le moment», avait ajouté cette source, évoquant «d’intenses» tractations pour mettre fin aux plus importants affrontements entre Israéliens et Palestiniens depuis la dernière guerre à Gaza, en 2014.

L’Égypte veillera au respect de la trêve

L’Egypte va envoyer deux délégations à Tel-Aviv et dans les Territoires palestiniens pour veiller au respect du cessez-le-feu approuvé, jeudi soir, par Israël et les groupes armés palestiniens, ont indiqué des sources diplomatiques égyptiennes. «Ces délégations surveilleront aussi le processus pour maintenir des conditions stables de manière permanente», ont indiqué ces sources, soulignant que cette trêve «simultanée et mutuelle» avait été «négociée par l’Egypte».

(AFP)

Votre opinion