Tensions au Moyen-Orient: Israël aurait avoué avoir fait tuer le colonel Khodaï, un haut gradé iranien
Publié

Tensions au Moyen-OrientIsraël aurait avoué avoir fait tuer le colonel Khodaï, un haut gradé iranien

Selon des révélations du «New York Times», le gouvernement israélien aurait confié aux États-Unis être responsable du meurtre du Gardiens de la Révolution, abattu dimanche dernier à Téhéran.

Mardi, des milliers d’Iraniens ont rendu un dernier hommage au colonel Khodaï, qualifié de «martyr».

Mardi, des milliers d’Iraniens ont rendu un dernier hommage au colonel Khodaï, qualifié de «martyr».

AFP

Israël a déclaré aux États-Unis avoir commandité le meurtre d’un important officier des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de l’Iran, selon des informations publiées mercredi par le «New York Times». «D’après un responsable des services de renseignement suivant l’affaire, Israël a indiqué à des responsables américains être à l’origine de l’assassinat», écrit le quotidien. Selon cette source, qui s’est confiée au journal américain sous couvert de l’anonymat, Israël a déclaré que cette opération était destinée à exiger la fin des agissements d’un groupe opérant au sein de la Force Qods.

Le colonel Sayyad Khodaï a été tué dimanche par deux motards ayant ouvert le feu sur lui dans l’est de Téhéran, selon l’agence officielle iranienne Irna. Il était, selon la télévision d’État iranienne, un membre de la Force Qods, l’unité d’élite des Gardiens de la Révolution en charge des opérations extérieures. L’Iran a accusé des «éléments liés à l’arrogance mondiale» d’avoir commandité son meurtre, une expression faisant référence aux États-Unis et à leurs alliés, comme Israël.

Le président a juré que son meurtre serait «vengé»

Mardi, des milliers d’Iraniens ont rendu un dernier hommage au colonel Khodaï, qualifié de «martyr». «Mort à l’Amérique» et «Mort à Israël», ont-ils crié. L’état-major interarmées iranien a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête sur les «circonstances exactes de l’assassinat» de Khodaï. Et le président Ebrahim Raïssi a affirmé que son meurtre serait «vengé».

Israël et les États-Unis sont des pays ennemis de l’Iran. Téhéran ne reconnaît pas l’existence de l’État hébreu et ses liens diplomatiques avec Washington sont rompus depuis 1980.

(AFP)

Votre opinion