Publié

SécuritéIsraël déconseille les voyages et pèlerinages en Tunisie

Le Conseil israélien de sécurité nationale a averti jeudi que des activistes planifiaient des attentats visant des cibles israéliennes ou juives en Tunisie.

La Ghriba de Djerba, plus ancienne synagogue d'Afrique où les pèlerins viennent d'Israël et d'Europe se rassembler.

La Ghriba de Djerba, plus ancienne synagogue d'Afrique où les pèlerins viennent d'Israël et d'Europe se rassembler.

Le service anti-terrorisme du Conseil israélien de sécurité nationale (CNS) déconseille les voyages en Tunisie. Il a souligné que le danger était particulièrement grand sur l'île touristique de Djerba, où de nombreux Israéliens se rendent habituellement à l'occasion de Lag Ba Omer, fête juive célébrée cette année les 9 et 10 mai.

"En raison d'une révision de l'évaluation de la situation, le Bureau de l'anti-terrorisme a décidé de relever d'un cran l'avertissement concernant les voyages en Tunisie", indique un communiqué du CNS.

L'agence "met l'accent sur le probable rassemblement public à Djerba pour Lag Ba Omer". Durant cette fête religieuse, des pèlerins venus d'Israël et d'Europe se rassemblent à la Ghriba de Djerba, plus ancienne synagogue d'Afrique, où ils prient et allument des cierges.

Sécurité établie

Le ministère tunisien de l'Intérieur a démenti dans un communiqué "des allégations sur des éventuelles opérations terroristes en Tunisie" affirmant que "la sécurité est établie dans tout le territoire tunisien grâce aux efforts des forces de l'ordre et de l'armée".

"Toutes les mesures et les précautions ont été prises pour assurer le bon déroulement des fêtes annuelles de la Ghriba", a ajouté le ministère.

En 2002, un kamikaze avait pris le site pour cible, tuant 14 touristes allemands, cinq Tunisiens et deux Français.

Le pélerinage reprend cette année

La communauté juive de Tunisie, qui était forte de 100'000 personnes lors de l'indépendance en 1956, n'en compte plus que 1500, la plupart ayant émigré vers la France ou Israël.

Lag Ba Omer marque la mort de Shimon Bar Yochaï, un sage et rabin du IIe siècle.

Le pèlerinage, suspendu en 2011 après la révolution qui a chassé le président Zine El Abidine Ben Ali, va reprendre cette année, avait annoncé en avril René Trabelsi, organisateur des festivités annuelles.

Au moins 500 juifs y sont attendus, avait-il indiqué.

(AFP)

Votre opinion