22.11.2020 à 04:32

Conflit israélo-palestinienIsraël frappe le Hamas dans Gaza après un tir de roquette

Israël assure avoir visé «deux ateliers de fabrications de munitions pour roquettes, des infrastructures souterraines et une base militaire».

Plusieurs installations du mouvement islamiste Hamas ont été touchées dans la bande de Gaza.

Plusieurs installations du mouvement islamiste Hamas ont été touchées dans la bande de Gaza.

AFP

L’aviation israélienne a annoncé avoir frappé plusieurs installations du mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza, en représailles à un tir de roquette parti samedi soir de Gaza vers le sud d’Israël.

L’armée israélienne assure sur son compte Twitter que les frappes aériennes ont visé «deux ateliers de fabrications de munitions pour roquettes, des infrastructures souterraines et une base militaire». Auparavant, l’armée avait annoncé qu’un tir de roquette avait eu lieu depuis Gaza, peu après que les sirènes eurent retenti dans la ville israélienne d’Ashkelon, près de la frontière avec le territoire palestinien.

Les services de secours ont indiqué n’avoir pas eu connaissance qu’il y ait eu des victimes. Les médias israéliens ont indiqué que la roquette était tombée sur un secteur à ciel ouvert. Le 15 novembre, l’armée israélienne avait frappé des positions du mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza en représailles à des tirs de roquettes vers Israël.

Ces tirs n’avaient pas été revendiqués, comme celui de samedi soir. Le Hamas et l’État hébreu se sont livrés depuis 2007 trois guerres et des échanges de tirs ont lieu de manière sporadique. La bande de Gaza, où vivent quelque deux millions de Palestiniens est sous blocus israélien depuis plus d’une décennie.

Au pouvoir dans l’enclave palestinienne depuis 2007, le Hamas a multiplié en août les lancers de ballons incendiaires et les tirs de roquettes vers Israël qui a répliqué avec des frappes aériennes sur des positions du groupe. Mais les deux camps sont parvenus début septembre à un accord, grâce à une médiation du Qatar, afin de cesser les hostilités et de remettre sur les rails une trêve fragile en vigueur depuis environ un an et demi et favorisée par la médiation de l’ONU et de l’Égypte.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!